Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

La nef des fous
Carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

Nature humaine

SOCIÉTÉ ANONYME – Lithographie – JPH – 1999


Ci-dessous, le texte que ma lithographie SOCIÉTÉ ANONYME avait inspiré à Irenka Krone. C’est un des 47 écrits publiés dans mon livre
[Par défaut…] Jean-Pierre Humbert édité en 2007 par ESTAMPE.ORG. Pour plus d’informations ou pour commander le livre, cliquez sur ce lien

Infatigable promotrice du “Jobsharing”, Irenka est aussi l’auteure d’un roman intitulé SANS RACINE. Ma lithographie SOCIÉTÉ ANONYME avait fait la couverture de ce livre.

 

SOCIÉTÉ ANONYME
Texte de Irenka Krone
Paru dans le livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert

Amalgame de pensées parmi cette masse de corps entassés.
Qui dirige ces êtres qui se croisent, ces pieds qui se heurtent et ces regards figés ?
Villes, métropoles ou hangars bondés.
Soupirs, stupeurs, rires et pleurs.
Entends-tu le silence des parois d’où la foule cherche à s’évader ?
Le souffle de celui qui n’arrive plus à respirer ?

Néant. Noir, vert et blanc. Vide dans un monde aseptisé où toute forme est homogène. Sans différenciation où la ressemblance fait place à l’ignorance.
Discipline, ordre et volonté.
Où vas-tu individu prisonnier d’un esprit tourmenté ?
Avenues, espaces et ruelles combles.
Pourquoi ne quittes-tu pas ce lieu stérile et organisé ?
Obsession, dictature et pensée unique dans un monde où rien ne permet de s’en libérer.
Entends-tu les pas de celui qui marche à côté de toi ?
Sens-tu la présence de celui qui se trouve derrière toi ?
Mensonge, dérision et jeux politiques.
Pouvoir, abus et réflexions cyniques.
La foule te domine sans que tu le remarques. Anodine, sourde, sophistiquée.

Nier. Ignorer ou oublier. La pression augmente dès que tu la frôles.
Dépendance, compassion et envie.
La foule t’étouffe sans que tu puisses l’arrêter.
Elle t’écrase comme tu blesses la fourmi sous tes pieds.
Ils, elle, lui, toi et moi. Qui sommes-nous ?
Qu’as-tu fait pour t’en protéger ? Où étais-tu lorsqu’elle te dictait sa pensée ?

Yeux fermés sur une masse humaine.
Brouhaha sans fin où la voix se perd dans une vague de sons.
Chambres et mansardes pleines.
Corps emmitouflés et membres frêles.
La foule avance d’un pas régulier, nonchalant ou pressé.
Arrives-tu à freiner son rythme ? À résister à cette force qui te semble inébranlable ?

Maintenant ou jamais. Si tu veux y échapper, arrête-toi quelques instants.
Reprends ton souffle ! Observe cet être là au milieu de la foule.
Ses traits fins, son corps fragile et son vêtement pendu à son épaule.
Pureté, liberté, intégrité.
Insouciance et légèreté.
Son corps est là, présent et distant comme si sa pensée s’en était détachée.

Espoir, force, indépendance.
Ses yeux observent et son sourire se dévoile.
Existe-t-il vraiment ou n’est-il qu’un désir inaccessible ?
Sa silhouette se démarque des autres, son corps est vêtu de blanc.
Distance, résistance et délivrance.
Est-ce toi cet être libéré ?

 

CONTRASTE GALERIE / Atelier JPH – Ruelle des Cordeliers 6 – CH-1700 Fribourg

INVITATION AU VERNISSAGE

HILANDAR le LAMENTOEXPOSITION BRANISLAV MAKES – Peintures et gravures
Vous êtes cordialement invités à participer au vernissage de l’exposition
le vendredi 11 septembre 2020 à partir de 17h00
Pour les personnes qui souhaitent éviter l’heure de pointe du vernissage
La galerie sera ouverte dès 14 heures

ЛАМЕНТ НАД ХИЛАНДАРОМизложба Бранислава Макеша – слике и графике
Позивамо Вас на свечано отварање изложбе
у петак 11 Септембра 2020 од 17 и 30 часова

Ouvert du vendredi 11 septembre au dimanche 11 octobre 2020
vendredi et samedi de 14 à 18 heures, dimanche de 14 à 17 heures
Plus d’informations: https://jphumbert.ch/hilandar-le-lamento/3577/


LA TRACE – Lithographie – JPH – 2000


Jusqu’au 23 août 2020, je publierai tous les dimanches l’un des textes de mon livre
[Par défaut…] Jean-Pierre Humbert édité en 2007 par ESTAMPE.ORG
Cet ouvrage contient les reproductions de 47 de mes estampes, accompagnées chacune par un écrit d’un auteur à chaque fois différent.
Ci-dessous, le texte de Mirko Humbert qui illustre ma lithographie LA TRACE.

Mirko Humbert est graphiste et créateur de sites internet indépendant (le contacter). Il anime aussi plusieurs blogs en anglais ou en français. Les plus populaires sont Designer Daily et Typography Daily  ainsi que le site Estampes Japonaises. Il écrit également sur différents sujets pour d’autres sites, principalement sur des thématiques liées aux nouvelles technologies (son dernier article sur Domaine Public).

 

LA TRACE

Par Mirko Humbert
Paru dans le livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert

Le son précède souvent la trace, il nous prépare à son arrivée. Dans bien des cas, un «bam», un «ploc» ou un «prout» est suffisant et permet parfois même d’identifier la nature de l’empreinte.

Dans cette estampe, on attend désespérément ce bruit annonciateur de trace, ce “scritch scratch» qui écorchera notre regard. Rien à faire, l’œuvre reste muette. La foule emprisonnée retient ses cris. Les silhouettes sont aveugles, sourdes, muettes, dénuées de sens. Le doute s’installe, entendra-t-on jamais ce grondement salvateur ?

Désorienté, on continue de tendre l’oreille au lieu de simplement observer ce personnage qui se dirige vers la sortie. Sans se soucier des autres, il évolue à son rythme et se laisse emporter par la brume ambiante. Disparu dans la marge, il n’est plus qu’un souvenir, une ride qui cadence la lithographie. Par son passage, il a créé une œuvre, cette œuvre qui l’a créé.

 

LA COLÈRE – Technique mixte – JPH – 2006-1990


Jusqu’au 23 août 2020, je publierai tous les dimanches l’un des textes de mon livre
[Par défaut…] Jean-Pierre Humbert édité en 2007 par ESTAMPE.ORG
Cet ouvrage contient les reproductions de 47 de mes estampes, accompagnées chacune par l’écrit d’un auteur à chaque fois différent.

Ci-dessous, le poème d’ Étienne Chatton qui illustre ma représentation de LA COLÈRE, l’un des Sept Péchés Capitaux.

Fondateur, notamment, du Centre International de l’Art Fantastique du Château de Gruyères, Étienne Chatton nous a quitté le 31 décembre 2007. Voir le film que lui a consacré l’Association Plans Fixes

 

LA COLÈRE

Par Étienne Chatton
Paru dans le livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert

Ton sur ton de grisaille, manies d’enfant sénile
Qui conserve le temps dans ses boites à sardines
Quel architecte fou sur l’infini d’ennui
A planté ses mâchoires aux molaires de buildings ?

Le Ciel de traîne usé des printemps en souffrance
Bat l’écrasant rappel de la vie qui s’achève
Aux fenêtres aveugles, collées de purulences.
Une histoire sans mémoire de mort-nés écrasés
Levures et balayures d’époux irréprochables,

Ô Jupiter, lance Tes ponts, unis les sphères du dais astral
Fulmine dans l’azur Tes féroces fougères aux venins de crotales.
Hors du visqueux magma fais exploser nos rages abyssales.
Aux filles filiformes, cuissardes de cigognes, fulgure un jet de foutre.
Que Tes gongs d’hélium en musique jubilent des alphabets de feu
Au poitrail de pierre des montagnes, accroche Tes médailles.

Quand Tes furieux désastres emporteront nos alluvions
Tristes variations des morts en sursis, dont on enduit
La crevasse des rues et leurs sens interdits,
Aux cascades vêtues de blanches robes de moniales,
Rastas, loubards, rockers, servants de messes putassières,
Poignards de chair, gainés d’envie et de COLÈRE,
Reviendront assoiffer la part perdue des dieux.


Pour plus d’informations ou pour commander le livre

[Par défaut…] Jean-Pierre Humbert, cliquez sur ce lien

 

COURRIER DES LECTEURS

poème que j’apprécie , théâtral et classique. on voit le  poète sur le devant de la scène- est-il en toge tiens pourquoi pas..? à clamer 😉

dans un pays qui jardine ses paysages, pratique le consensus, brasse les couleurs jusqu’au marron,  il est difficile d’être  le seul artiste dissident politique et philosophique clairement affiché dans chaque œuvre.  en général, au bistrot  ils sont contre mais dans leur art, ils parlent d’autres choses.  (et moi-même, qui ne suis pas des artistes, je me garde de m’exposer)   on te dit “surréaliste. ou fantastique” , pour moi, c’est moins sur…

bon dimanche
colette maillard

Nuit sans lune – Technique mixte – JPH – 2005-1985

 

Jusqu’au 23 août 2020, je publierai tous les dimanches l’un des textes de mon livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert édité en 2007 par ESTAMPE.ORG
Cet ouvrage contient notamment les reproductions de 47 de mes estampes, accompagnées chacune par un texte d’un auteur à chaque fois différent.
Ci-dessous, ma lithographie NUIT SANS LUNE interprétée par Patrick Rudaz.

Après avoir été conservateur du Musée de Charmey pendant 25 ans, Patrick Rudaz a quitté ses fonctions en mars 2018. Depuis, il se consacre exclusivement à son travail de coordinateur du Parc naturel régional Gruyère-Pays-d’Enhaut.

 

NUIT SANS LUNE

Texte de Patrick Rudaz
P
aru dans le livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert

C’était une nuit noire
Une nuit inquiétante où rien ne surgit d’une brume inexistante
Une nuit apaisante où les ombres absentes ne dessinent aucun monstre
Une nuit fraîche quand les esprits fouettent les sens.

Je suis descendu dans la rue, j’ai pris le chemin dans une pétillante pénombre. Un candélabre. Des phares automobiles. J’ai marché longuement à la recherche d’un peu de vie, d’une place, d’un parc, d’une promenade, d’une rue animée. Je n’ai rencontré personne. Rien vu ou presque.

C’était une nuit éteinte
Une nuit excitante où les corps s’enlacent et se lassent
Une nuit en toute quiétude où la peur s’efface dans les contrastes oubliés
Une nuit moite quand l’âme affleure les corps.

J’ai déambulé dans les rues basses, puis dans les rues hautes. Pas une robe, pas un escarpin, pas la moindre putain. J’ai vu des pierres et des fontaines, des cathédrales et des cafés. Et je n’ai parlé à personne. Rien dit, rien échangé ou presque.

C’était une nuit sombre
Une nuit affolante où le vent brûle la peau
Une nuit douce où la caresse soulage les peines
Une nuit chaude quand le sang afflue aux extrémités.

Dans l’œil de la rue, j’ai aperçu une femme, belle, qui dans le reflet d’un astre défaillant s’enfuyait. Rien à voir, rien à dire. Je l’ai appelée, elle ne m’a pas répondu. Alors je suis rentré, seul. Et chez moi, couché sur un canapé noir, ma main… ou presque.

C’était une nuit sans lune.


Pour plus d’informations ou pour commander le livre
[Par défaut…] Jean-Pierre Humbert, cliquez sur ce lien

INTRODUCTION EN SI – Technique mixte – JPH – 2005-1985


En septembre 2007 les éditions
ESTAMPE.ORG ont publié un livre intitulé
[Par défaut…] Jean-Pierre Humbert
Il contient notamment les reproductions de 47 de mes estampes,
accompagnées chacune par un texte d’un auteur à chaque fois différent.
Ci-dessous, découvrez mon INTRODUCTION EN SI interprétée par Colette Gaillard

 

INTRODUCTION EN SI

Texte de Colette Gaillard
Paru dans le livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert


Intimité.

Mot de fouille
Mot de fosse.
Ossements de chaleur enfermant le ciel comme une chape d’église.

Je cherche mon temple, une bâtisse à la mesure de ma foi…
La demeure d’un esprit, d’un souffle sec mettant le feu à l’oreille et à l’âme, une étendue de steppe.

Et je ne sais précisément si le vent vient de l’œil ou de la langue,
des mots glissés ou de la caresse de lumière d’un khôl noir fusant mon corps ouvert.

Intimité.
Altération d’offrande
Altération d’un pauvre chant
La partition est laissée aux soins du courant.
Dans le silence infini, dans un océan d’algues vrillées, la vie glisse toute seule.

Spasmes qui s’entourloupent entre ma glotte et mon âme.
Vocables ininterrompus du jus des déchirures.
Je presse mon cœur citron et l’amère transpiration des amours fermentées.
Il coule et trempe.

Je cherche mon temple, une bâtisse à la mesure de ma foi…
Mais se tenir droit, encombré, les bras tendus pour que la nuit y pende sa lessive, ses poussières, ses nippes anciennes et collantes encore de ses vieilles douleurs. Se tenir ainsi, se croyant utile, se croyant aimer.

…oui, à la mesure de ma foi.

 

Pour plus d’informations ou pour commander le livre
[Par défaut…] Jean-Pierre Humbert, cliquez sur ce lien

 

VIE PRIVÉE – Gravure – JPH – 1983

Encore un effort…

Ça y est! Tombent les masques, vous en saurez plus ce soir. À la sauterie du coronavirus, le ralenti savamment maîtrisé de la fin du jeu a démarré. Sur l’air de Ce n’est qu’un au revoir, l’orchestre nous invite a retirer prudemment nos déguisements. L’heure de vérité a sonné ! Nous allons enfin découvrir le visage de l’envoûtant et entraînant danseur qui nous a guidé pendant ces excitants mois de folie. Surprise, surprise… Privés de l’effet ipsilatéral, votre cavalier, et vous, dévoilez une tête ovale, parfaitement lisse, sans nez, sans bouche, sans oreilles, sans yeux; bref une tête d’œuf dépourvue des habituels capteurs humains, si précieux pour réfléchir et agir. Cet étrange phénomène a frappé simultanément tous les participants de cette interminable fête. Probablement des dégâts collatéraux induits par la terreur et la culpabilisation inlassablement instillés par les promoteurs et organisateurs de la tango-pandémie. Simple spéculation!

Par bonheur, le spectacle de cette mutation n’a duré qu’un centième de seconde et il est passé inaperçu. Victimes inconscientes du mensonge, nous avons vite retrouvé le rassurant faciès auquel nous nous identifions habituellement, ainsi que la confiance aveugle en ce que la plupart des gens appellent nos valeurs. Artifices à géométrie variable, ces valeurs offrent de palpables avantages, elles développent la souplesse de la colonne vertébrale et favorisent la pratique indolore du changement de masque. Une compétence indispensable pour survivre dans un monde qui change sans fin de visage pour échapper à la vérité.

Le bal masqué serait-il l’expression humaine du mouvement perpétuel, le balancier déréglé de la bêtise?

J’en ai peur… en toute innocence.

 

CACHE-CACHE – Technique mixte – JPH – 2016-1996

 

Post-scriptum : Reproduits en exergue de ma monographie Anachroniques, vous trouverez mon œuvre CACHE-CACHE ainsi que cette citation de Saint Augustin (354-430) – Algérie:

À force de tout voir on finit par tout supporter…
À force de tout supporter on finit par tout tolérer…
À force de tout tolérer on finit par tout accepter…
À force de tout accepter on finit par tout approuver

Pour commander le livre : https://jphumbert.ch/publications/livres/anachroniques/

Les asiles d’aliénés comportent dans leur personnel des internes et des internés. Entre ceux-ci et ceux-là, ne se dresse que l’épaisseur d’un accent aigu.

Alphonse Allais – 1854-1905

 

 

DÉSESPÉRÉ 
Technique mixte – 2006-1973 – Image et texte JPH

Portrait synthétique et empathique de la foule désemparée des dépressifs, bipolaires, anxieux, paniqués, asociaux, stressés post-traumatique, psychotiques, schizophrènes, boulimiques, anorexiques, paranoïaques, narcissiques, évitants, dépendants, obsessionnels-compulsifs, cette œuvre est composée de quatre dessins réalisés en 1973, retravaillés et assemblés en 2006.

Dans le quotidien La Liberté du 16 juin 2010, une étude présentée par un chercheur financé par le « Brain Mind Institute » de l’EPFL, nous apprend que les grands artistes, quand ils ne sont pas franchement fous, sont pour le moins malades psychiquement. Un constat qui vaudrait aussi, dans une moindre mesure, pour les nabots de la création. Dostoïevski, Kafka, Nietzsche, Proust, Chostakovitch, Van Gogh et les autres (les femmes sont semble-t-il épargnées par le phénomène car ce scientifique n’en cite aucune) : à l’asile, pardon, au Centre de Soins Hospitaliers, s’il vous plaît ! Administrons-leur les médicaments d’usage et quelques séances avec le psychiatre. Le restant du temps, des activités de groupe telles qu’art-thérapie, gymnastique, télévision,etc., devraient les occuper positivement et surtout les guérir. Après quelques semaines de ce traitement, ces individus pourront enfin envisager une activité utile. Avec un peu, avec beaucoup de chance, ils trouveront un emploi dans une banque, une compagnie d’assurance, une usine, une administration, voire dans une université ou, nec plus ultra, à l’EPFL. Enfin libérés de leurs tourments, ils pourront participer efficacement à l’irrésistible œuvre de robotisation entreprise par le monde libre. À l’heure de la retraite, imprégnés du sentiment du devoir accompli, ils verront les portes d’une saine créativité s’ouvrir à eux. Pour occuper le temps qu’il leur restera à vivre, ils pourront se consacrer, qui à la peinture, qui à la littérature, à la sculpture, à la musique …

Une grossière caricature ? Je veux bien. Je suis plutôt enclin à penser que ce ne sont pas les petits et les grands artistes qui sont malades, mais bien nos orgueilleuses sociétés occidentales avec, notamment, leur fâcheuse tendance à utiliser les progrès de la technique et de l’automation pour calibrer les êtres un peu comme les fruits destinés à l’étal des supermarchés. L’humain au service de la technique, telle est la donne. De ce fait, l’avenir du personnel des divers Centres de Soins Hospitaliers s’annonce radieux.

Tous les patients de ces institutions auront-ils le talent de Dostoïevski, Kafka, Nietzsche, Proust, Chostakovitch, Van Gogh et les autres ?

C’est sûr, le paradis terrestre c’est pour demain.

 

Au jour le jour, les siècles passent tranquillement. Les révolutions se succèdent. Le monarque autocrate est remplacé par le tyran socialo-communiste, lui-même relayé par le totalitarisme démocratique, destitué à son tour par un despote probablement éclairé. Le monde bouge, les mœurs changent, seule subsiste la religion du Veau d’Or. Tant qu’il y aura des hommes, le culte de l’argent règnera. Au fil du temps, les formes et les manifestations de l’attrait pour ce pouvoir ont changé. Les nouveaux moyens techniques offrent des opportunités infinies pour l’exercice d’asservissement qui nous est habillement imposé. L’avenir s’annonce donc radieux pour les maîtres de ce jeu de dupes. Pour leur seul bénéfice, assistés par l’informatique et par l’automatisation, les manipulateurs qui conduisent le troupeau sauront pérenniser sans concession leur stupide et mortifère idolâtrie.

Et nous, objets presque inertes, impuissants, englués dans la mélasse publicitaire, étouffés sous des avalanches de paperasse, nous nous surprenons à espérer la venue d’un sauveur. Fruit du découragement, ce désir a suscité de nombreuses vocations parmi les escrocs de tous poils prêts à plumer leurs concitoyens découragés et déprimés. Les candidats crédibles à ce poste sont eux rarissimes. Si les plus chanceux ont droit aux honneurs et à la reconnaissance des personnes qu’ils ont soutenues, le métier est risqué et dans la plupart des cas, dangereux et décevant. Pour peu que le sauveur ait contribué à dévoiler les mensonges des puissants, il s’expose à la haine, aux quolibets, aux insultes et à la souffrance. Les exemples récents ne manquent pas. Celui qui dit la vérité doit être anéanti, c’est la règle.

En cette année 2020, l’évènement le plus important des Églises catholiques et orthodoxes, la Semaine Sainte, est agendée du 5 au 13 avril. Dans une Europe guidée par des Lumières, les peuples en pleine déliquescence intellectuelle et morale l’ont promue au rang de fête du lapin en chocolat et de l’œuf cuit dur peint. Pour mémoire, avant le triomphe du Progrès, pendant plus de deux millénaires, les chrétiens commémoraient la Passion de Jésus Christ de sa mort à sa résurrection. Appelé Le Sauveur, Jésus de Nazareth est le Fils de Dieu envoyé sur Terre pour sauver les hommes de leurs péchés, aussi connu sous le nom de Messie.

Ceux qui attendent un Sauveur n’ont plus à patienter, il est là !  Son enseignement transcrit dans le Nouveau Testament a accompagné les vies d’une majorités d’européens et de nombreux peuples pendant plusieurs siècles, et il a inspiré des œuvres sublimes à des peintres, des sculpteurs, des architectes, des écrivains, des musiciens et des savants restés souvent anonymes. Qu’ils aient la foi ou non, les écœurés du tout-à-l’argent malhonnête entendront là une mélodie réconfortante, à mille lieues du tintamarre vulgaire produit par les chantres de la sempiternelle doctrine matérialiste de la croissance.

De quoi émerger un peu… beaucoup… du sac d’embrouilles dont nous sommes captifs… et enfin réintégrer la création et ses beautés. Allez, Joyeuses Pâques !

 

LE SAUVEUR – Technique mixte – 2009-2003 – Texte et dessin JPH

CARIE… CATURE – Gravure (détail) – JPH – 1989


Quand tombent les dents lactéales (dents de lait), alors poussent les dents permanentes qui finissent aussi, l’âge aidant, par tomber. Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’informer les membres de la société suisse des médecins-dentistes que je suis le bénéficiaire d’un processus physiologique révolutionnaire. À plus de 70 ans, après que mes dents permanentes m’ont lâché, de nouvelles dents sont apparues dans ma mâchoire usée. Pour la première fois, des dents de vieillesse ont poussé sur un être humain. Je suis content et fier d’inaugurer ainsi une nouvelle ère prometteuse pour les vieux. Je suis disposé à ouvrir grand ma bouche, afin que les scientifiques les plus expérimentés analysent ce phénomène inédit. Une bonne nouvelle pour les retraités… Un coup dur pour les arracheurs de dents.

 

Les amis du musée – Technique mixte – JPH – 2010-1988 – Parmi les œuvres exposées dans ce musée de rêve, sur la cimaise de gauche vous trouvez une représentation de mon crane, et sur la paroi du fond à droite, ma denture avant la percée de mes dents de vieillesse. 

 

Mise en scène: les amis du musée – Technique mixte – JPH – 2010-1988


Dans ma bouche: ma dentition, cathédrale gothique en ruine, abandonnée aux soins d’une femme qui se dit hygiéniste.
Reliques historiques, mes chagnottes sont livrées sans garantie de succès à cette restauratrice en maladies archéologiques.

Que de risques pris avec ma sublime denture qui, demain, sera classée au patrimoine naturel mondial de l’UNESCO.

 LA MÈRE – JPH – 2008-1987 – Technique mixte

 

Chers amis abonnés à La Nef des Fous

Pour vous souhaiter une très belle Fête de Noël, je vous offre cinq représentations de la nativité. Vous connaissez probablement déjà certaines de ces œuvres. À part la belle peinture Le nouveau-né de Georges de la Tour et La crèche napolitaine de Notre Dame à Fribourg, les images reproduites ont été réalisées par des artistes fribourgeois. Que la sérénité soit avec les passagers de notre nef. Amitiés et Joyeux Noël, JPH

 

LE NOUVEAU-NÉ – Peinture de Georges de la Tour (1593–1652)
Lien sur l’article de wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_de_La_Tour

 

NATIVITÉ – Armand Niquille (1912-1996) – Huile et tempéra sur panneau – Le site : https://www.armand-niquille.ch/

 

La crèche napolitaine de Notre Dame à Fribourg – Photo de Luca Barbieri pour le blog du Bourg – Intéressant : RTS émission du 04 décembre 2003 (27 secondes)

«Cette crèche est arrivée ici grâce à un concours de circonstances favorables», explique Ivan Andrey, responsable cantonal des biens culturels meubles. Son acquisition est due à Mgr John Rast (1895-1981), recteur de Notre-Dame dès 1929. Et secrétaire particulier de Mgr Filippo Bernardini, nonce apostolique à Berne, qui a trouvé cette crèche napolitaine en 1940, chez un antiquaire de Rome. «C’est exceptionnel qu’une église comme Notre-Dame achète une telle crèche, affirme Ivan Andrey. Surprenante à Fribourg, elle tranche avec la tradition sulpicienne.» Son hypothèse: l’achat peut s’expliquer par le fait que «Notre-Dame était basilique depuis 1932. Son modèle était Santa Maria Maggiore, à Rome, où se trouve une relique de la Crèche.»

Un premier décor a été mis en place pour Noël 1941. Le vol de plusieurs animaux, l’année suivante, contraint à la protéger par une vitre. Mais la crèche était toujours montée et démontée chaque année. En 1965, elle est installée de manière permanente, dans une vitrine, et complétée d’un ciel et d’un sol. Aujourd’hui, les nouveaux panneaux de bois de l’arrière de la vitrine sont placés à 5 cm des murs, désormais isolés. Un circuit de fils de cuivre tempère cet espace. La température intérieure est stabilisée entre 16 et 17 degrés, avec 50% d’humidité. Sur la droite, une deuxième ouverture permet un autre point de vue sur l’entrée du village. L’ensemble de la restauration a coûté 240000 francs. Elle a aussi permis de dater les figurines, réalisées aux XVIIIe et XIXe siècles. La ruine romaine, seul élément conservé de l’ancien décor, date de 1935. Unique en Suisse («Il existe des modules, mais pas de crèches entières», précise le restaurateur Christophe Zindel), cette œuvre est protégée par un store, qui s’ouvre contre une pièce de monnaie. Extrait de l’article d’Eric Bulliard pour le journal La Gruyères – 23 décembre 2003

 

LES ROIS MAGES – Pointe-sèche de Teddy Aeby (1928-1992)
Voir sur mon blog, l’article que j’ai consacré à Teddy Aeby

 

VALEUR AJOUTÉE – JPH – 1996 – Technique mixte

Les publications à compte d’auteur ont mauvaise presse. L’écrivain, poète, peintre, photographe, philosophe, paie la publication de son projet de ses propres deniers. Les plus prudents confient, à leurs frais, leur œuvre à un éditeur pratiquant le compte d’auteur. Les inconscients, eux, s’occupent de tout: création, impression, diffusion, et si leur ouvrage ne se vend pas, bien sûr ils casquent. Hommes ou femmes, les auteurs qui ont recours à ce modèle d’édition sont généralement regardés avec condescendance.

Qu’en est-il des publications assumées par des éditeurs réputés, des éditeurs sérieux, des éditeurs qui choisissent leurs auteurs ? Qu’ils soient médiocres ou géniaux, ces derniers changent de statut. Généralement, ils abandonnent leur costume de clown pour revêtir une tenue digne d’eux-mêmes, le prestige de leur condition est tel qu’ils pourraient avantageusement se permettre de s’exhiber à poil.

Comment fonctionnement les maisons d’édition officielles ? En Suisse, dans ce milieu, nous avons affaire à des personnes circonspectes, précautionneuses. Des entrepreneurs respectables et responsables qui comptent parfois avec l’apport financier qu’amène le lectorat, quand l’auteur en a un, et régulièrement avec l’apport de subsides étatiques ou privés. Ces subsides financent occasionnellement le travail de l’auteur, souvent celui de l’éditeur, et quelques fois, les deux. Si vous lisez l’impressum des livres publiés, vous constaterez avec plaisir que, lorsqu’ils ont massivement bénéficié des mannes publiques et privées, ils sont fréquemment imprimés à l’étranger. Dans un tel système, on pourrait se demander pourquoi les imprimeurs et les relieurs devraient affronter la concurrence sans aucune aide ?

Revenons en au sujet. En résumé, l’édition à compte d’auteur implique un engagement financier total de l’auteur, alors que, pour maintenir la voilure et le rythme, l’édition officielle s’appuie largement sur un financement institutionnel en grande partie constitué par l’impôt. Bien sûr, le succès d’un ouvrage édité à compte d’auteur est plus lucratif. Mais il survient aussi rarement qu’aux publications stipendiées.

Si vous êtes abonnés à mon blog, et si vous recevez mes messages par la poste ou par courrier électronique, vous savez qu’en 2018, les éditions Contraste ont publié une monographie intitulée ANACHRONIQUES Jean-Pierre HUMBERT  Dessins, peintures, gravures, lithographies, sérigraphies, vitraux, mosaïques, objets, écriture. Il y a même de bonnes chances que vous ayez commandé l’une ou l’autre version de cet ouvrage et je vous en remercie. Lorsque j’ai décidé de le publier, j’ai proposé mon projet à des éditeurs institutionnels de notre pays. Intéressés par cette aventure qui promettait une belle course d’obstacles financiers, ils voulaient bien se lancer à condition que nous entamions, chacun de son côté, la frénétique danse rituelle du requérant en arts en tous genres. Dans ces conditions, j’ai renoncé à collaborer avec ces éditeurs bien qu’ils soient très compétents et très sympathiques et que la diffusion du livre aurait certainement été meilleure qu’elle ne l’est. Évidemment, ils ne sont pas responsables du fait que je ne supporte plus le bal ridicule de la mendicité imposée par des fonctionnaires, principaux bénéficiaires du financement de la “culture”. Mon évocation de ce monde et de ce système s’arrête là. N’empêche, il y aurait matière à entreprendre une enquête méthodique…

Pour produire mon livre, j’ai finalement choisi les Éditions Contraste, dont je suis le principal animateur. Il s’agit en conséquence d’une affaire à compte d’auteur et à compte d’éditeur, puisque je n’ai sollicité aucun subside et que, comble d’arrogance, j’ai fait imprimer le livre à l’imprimerie St-Paul à Fribourg en Suisse.

Le temps des cadeaux revient en force. Pris dans le courant, je vous informe qu’il reste encore quelques exemplaires de mes ANACHRONIQUES à vendre. Pour commander : en ligne – https://jphumbert.ch/publications/livres/anachroniques ou par e-mail info@jphumbert.ch et à emporter à la Galerie Contraste à la ruelle des Cordeliers 6 à Fribourg (Pour être sûr de m’y trouver, appelez le 078 875 96 66 avant de venir).

 

V – JPH – 1998 – Technique mixte

Au jour le jour – J-P Humbert 1993 – lithographie


L’infini c’est maintenant

Texte d’Ivan Sigg

Il n’y a plus un chat-pensée
Dans ma cité-tête
J’ai ouvert les fenêtres
De mes sens
Aux quatre vents

Mes yeux sont frais du jour
Le trafic des mots
Des jugements et des idées
N’embouteille plus les rues
De mon cerveau-ville

Le silence est doux et puissant
Fait de chants d’arbres et d’oiseaux
Et le champ des possibles
Se redéploie
À l’infini

Toutes mes mémoires se sont tues
Les psychologiques végètent
Dans des malles de grenier
Les techniques dans des classeurs
Qui ne s’ouvrent qu’à bon escient

Sous mes pieds
Le passé s’étiole
L’attention circulaire au monde
rompt toutes mes attaches
Il n’y a plus que le présent

Je n’attends plus la mort
Car je meurs à moi-même
à chaque instant
L’éternité c’est maintenant
Je suis prêt à te rencontrer


Textes pour le concours littéraire organisé à l’occasion de
l’exposition de Jean-Pierre Humbert à la Médiathèque de Rueil-Malmaison:

2012-textes-concours-rueil

Le premier prix du concours a été attribué à Ivan Sigg,
par un jury composé de 3 personnes


PARTAGÉ – 1978 – Gravure (eau-forte, aquatinte) – Texte et gravure de JPH

Ma première gravure. Elle m’a été commandée en 1978 par Michel Terrapon (1932-†1989). Alors conservateur du Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg, il était aussi un excellent graveur sur bois. Je garde un souvenir lumineux des années qu’il a passées à la direction du musée.

C’est René-Agass Baumgartner (1948-†2011) qui m’a initié à la gravure dans son atelier de la Grand-Rue à Fribourg et qui a imprimé cette première création. Il a conforté ma passion naissante pour la gravure en taille-douce, qui s’ajoutait à celle que j’avais déjà pour la lithographie et la sérigraphie. De 1985 à 2005, en plus de mes propres réalisations, le virus de l’estampe m’a occupé à plein temps en qualité d’éditeur et d’imprimeur. Depuis 2006, j’ai renoncé à mon activité d’imprimeur et d’éditeur d’estampes pour consacrer plus de temps à la réalisation de mes œuvres.

Ma gravure Partagé n’a, semble-t-il, pas eu un grand succès commercial. Cela ne m’étonne pas car elle est l’expression d’une problématique. Aujourd’hui, avec un appréciable recul de plus de 40 ans, j’y vois un autoportrait qui escamote les traits de mon visage pour révéler une caractéristique de ma nature: Partagé ? Effectivement, je suis partagé entre le besoin de plaire, de ne pas déranger et celui de voir et de montrer le monde tel qu’il est à mes yeux. Comment choisir entre les activités d’éditeur, d’imprimeur, de galeriste, d’artiste, d’enseignant, et l’envie de paresser ou de rêvasser ? Je n’ai pas su trancher et cela a beaucoup contrarié mon tempérament de perfectionniste. Un peu comme mon vieil ami Léonard (1452-†1519), je me suis dispersé, et malheureusement, cela a eu une influence négative sur la qualité de nos prestations. Sournoise nature qui nous a gratifié de tant de dons et qui nous refuse celui d’ubiquité qui nous aurait fait tellement de bien.


L’HUMAIN AUGMENTÉ – Encre de chine, plume et lavis -1988 – Dessin et texte de JPH

La science avance dans la nuit à la vitesse du son… je dirais même plus, à la vitesse de la lumière. Éblouis, les yeux fermés, les génies les plus intrépides affirment humblement que l’homme a conquis des pouvoirs considérés jusque-là comme divins. Grisés, certains savants vont jusqu’à spéculer, sans trop de retenue, sur une possible vie éternelle sur la terre.

Plus modestes, plus sensés peut-être, les bons soldats de la génétique, de la psychologie, de la philosophie, de la neurologie, de l’informatique, enfin de toutes les sciences cognitives, se contentent, dans un premier temps, d’améliorer la condition humaine en mettant à notre disposition des technologies qui permettront notamment d’atténuer le vieillissement et d’augmenter considérablement les capacités psychologiques. Jusque-là, bravo et merci !

Partis à la conquête de l’éternité, certains généticiens plus ambitieux, audacieux et provocateurs, estiment qu’il n’existe qu’une seule voie pour repousser les limites de la génétique. Elle implique une modification radicale du génome humain qui conduira à la création d’une nouvelle espèce: l’Homo novus. Cette forme augmentée de l’Homo sapiens, fabriquée à partir de son génome présentera un aspect différent, impossible à prévoir. Ce chemin offrira-t-il les avantages espérés par les missionnaires du transhumanisme ou, comme dans un scénario de science-fiction, devrons-nous nous contenter d’un clone du monstre de Frankenstein ?

En 1988, lors de la réalisation du dessin Mésaventure géométrique, ici reproduit, j’avais conscience que ma critique naïve des bienfaits du progrès et des conventions sociales n’avait rien à voir avec les projections des savants, des chercheurs et autres inventeurs. C’est la lecture du numéro 137 de CAMPUS, le magazine scientifique de l’université de Genève, et ses excellents articles sur la thématique de l’homme augmenté qui m’a incité à rédiger ce commentaire. En le lisant, je ne sais trop pourquoi, j’ai pensé à mes lointaines Mésaventures géométriques. Je les ai sorties du placard qu’elles n’avaient pas quitté depuis près trente ans. C’est dire si cette œuvre était tombée en disgrâce. Posée dans un coin de l’atelier, elle croisait à nouveau mon regard qui, au fil des jours, se relâchait jusqu’à être complaisant. Me sont alors revenus les multiples scénarios que j’avais envisagés pendant sa réalisation. Je me suis souvenu que la perspective de donner un temps long et indéterminé de ma vie à représenter les aventures et mésaventures d’une population calibrée m’avait rebuté. Je craignais de sombrer dans la caricature militante. Je suis donc passé à d’autres sujets d’inspiration et à d’autres techniques picturales.

Mais, depuis que j’ai déterré ce dessin et que j’ai lu le dossier paru dans CAMPUS, je trouve que mon image produit une mélodie tout à fait en accord avec les changements et les facilités que les progrès technologiques ont apportés. Pour me mettre au diapason de cette amorce d’interprétation, j’ai emprunté le titre du dossier de CAMPUS et j’ai renommé cette œuvre L’humain augmenté.

Notre passage sur terre n’est pas si facile, et chaque trouvaille qui contribue à alléger, voire à prendre en charge l’un ou l’autre des efforts qui nous sont demandés est forcément bienvenue. De ce point de vue, nos existences se sont beaucoup améliorées. On pourrait donc imaginer que nous sommes enfin heureux. Cependant, même les stakhanovistes de l’optimisme doivent bien admettre qu’il reste du chemin pour y parvenir. Nous continuons et nous continuerons donc à chercher bonheur et sérénité. La vie est un combat dont personne ne sort vainqueur. La force, le confort, l’intelligence et les innombrables avantages physiques et matériels que nous apporte le génie humain continueront d’être mis au service de nos vices avant tout. Ce que les machines et la génétique font déjà à notre place comporte une part d’ombre, et bien des compétences humaines se perdent après leur délégation aux machines, robots et autres inventions extraordinaires.

Retour aux humains augmentés que j’ai engendrés. Quoi de plus niais, de plus laid que ces personnages géométriques qui semblent programmés pour le genre d’Eldorado que façonnent la propagande et la publicité qui nous sont imposés. Ils figurent la troupe sans âme du mercantilisme triomphant, du conformisme bien-pensant. Bref, ils m’emmerdent. Ça ne signifie pas que je n’ai aucune affection pour cette foule hébétée qui ne comprend pas que les rêves qui lui sont instillés ne la conduiront pas au bonheur auquel elle aspire. Des chimères matérielles qui ne servent qu’à endormir. Ainsi anesthésiés, les êtres ne souffriront plus, clients à vie de la bonne clinique du docteur pognon. La vie sans douleur ne suffit malheureusement pas à rendre heureux, car le bonheur est surtout une périlleuse quête de liberté qui dépasse peut-être la frontière de nos vies terrestres.

À suivre… à distance…


MÉSAVENTURE GÉOMÉTRIQUE – JPH – Technique mixte – 1981


Pied de nez – sérigraphie – Jean-Pierre Humbert – 1984

 

Égalité de genre ou genre d’égalité?

26 mai 2019 | Enfumages, Eric Werner / Antipresse

Les comités néo féministes, en coordination avec les autorités, se mobilisent le 14 juin prochain pour paralyser les villes suisses. Les hommes, ce jour-là, devront raser les murs. On inaugure la guerre des sexes. Mais à quelle iniquité réelle répond cette campagne?

Dans la Démocratie en Amérique, Tocqueville dit que la passion égalitaire varie en raison inverse de l’importance des inégalités qu’elle vise à éradiquer.

Ce théorème prend place dans un chapitre consacré à la question ethnique aux États-Unis, mais il est aisément transposable en d’autres domaines. Il est bien connu, par exemple, que c’est quand les inégalités sociales diminuent que les gens y sont le plus sensibles. Les historiens nous disent par ailleurs que les périodes où les salaires progressent le plus sont en même temps celles où il y a le plus de grèves. D’une manière générale, quand les inégalités sont extrêmes, les protestations qu’elles suscitent sont faibles, voire inexistantes. Elles atteignent en revanche un niveau élevé quand elles sont sur le point de disparaître. On ne dit même pas ce qui se passe quand (juste retour des choses) elles commencent à s’inverser. Le niveau est alors maximum. Entre ces deux extrêmes, il y a tous les positions intermédiaires.

Combats d’arrière-garde

Comment n’en irait-il pas de même dans le rapports hommes-femmes ? Une «grève des femmes» est ainsi programmée pour le 14 juin prochain en Suisse. Les médias mainstream, qui mènent le bal, prévoient d’ores et déjà une mobilisation sans précédent. Tocqueville dirait: sans précédent ? C’est tout à fait normal, puisque, comme vous le constatez, les inégalités de genre n’ont plus aujourd’hui en Suisse qu’un caractère résiduel. Elles n’ont pas encore complètement disparu, je vous le concède. Il en subsiste encore certaines traces. Mais elles sont en voie (d’ailleurs rapide) de disparition. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le degré de mobilisation atteigne un très haut niveau. Les victimes de discriminations ne se croient jamais à ce point discriminées que quand elles ont pour ainsi dire cessé de l’être.

En ce sens, les gens qui en appellent aujourd’hui à la «grève» pour protester contre le «patriarcat», le «mâle dominateur», etc., sont en retard d’un train. Ils veulent monter dans le train, sauf que le train est déjà passé, et même depuis longtemps. Ils ne font donc que jouer au train, jouer à monter dans le train. Ils miment maladroitement une démarche qui aurait pu (et sans doute dû) être celle de leurs grands et arrière-grands parents, mais qui justement (et pour cause) n’a jamais été la leur. J’excepte ici une ou deux personnes de grand mérite. Il y a toujours des exceptions. Je pense en particulier à l’une de mes grands-tantes: elle, oui, a eu cette démarche. C’était une non-conformiste assumée, elle ne se préoccupait guère du qu’en dira-t-on. Le train passait, sans hésiter elle est montée dedans. Avec quelques autres, certes, mais ils n’étaient pas bien nombreux, soyons honnêtes.

Je ne sais ce que les médias de l’époque disaient des féministes, mais il n’y a pas de raison de penser que les médias d’il y a cinquante ou cent ans étaient moins opportunistes que ceux d’aujourd’hui.

On peut se voiler à soi-même à la réalité, lui substituer ses propres fantasmes, ou encore l’idéologiser. Mais si on ne fait rien de tout cela, on bute sur un certain nombre de faits. Il a vraiment bonne mine, le «patriarcat». Le patriarcat des petit boulots, peut-être? De la quête de plus en plus difficile du premier emploi ? De l’accès plus difficile encore à l’autonomie (vous rêvez d’y accéder, en fait vous n’y accéderez jamais)? De la précarité généralisée (elle n’épargne aujourd’hui personne : pas plus au haut qu’au bas de l’échelle sociale)? De l’assujettissement à l’État total?

Regardons par ailleurs ce qui se passe aujourd’hui dans les universités, et en amont déjà dans les écoles. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Pour diverses raisons (dont les moindres ne sont assurément pas les mesures de discrimination positive prises à leur intention), les filles sont aujourd’hui beaucoup plus nombreuses que les garçons à poursuivre leurs études au niveau post-obligatoire, puis universitaire. Sauf en certains secteurs très limités, la proportion d’étudiantes dans la population universitaire est très largement supérieure à celle des étudiants (58% en France, par exemple). Ce qui signifie que les élites de demain seront très largement aussi féminines.

Pourquoi non? C’est en soi peut-être une bonne chose. Mais elle désigne en creux une réalité qui l’est beaucoup moins: l’actuel «effondrement scolaire des jeunes garçons»(1). Effondrement est en effet le mot qui convient. C’est un phénomène de grande ampleur, mais comme tous les phénomènes comparables, s’inscrivant en-deçà du seuil de perception. Certains spécialistes en parlent, mais leurs propos se perdent dans le vide. On n’a pas non plus tellement l’impression que les innombrables «bureaux de l’égalité» qui prospèrent et fleurissent aujourd’hui à tous les échelons de l’administration s’en émeuvent particulièrement. Il est vrai qu’ils sont très majoritairement, sinon même, exclusivement, composés de femmes. La cause des femmes est une chose, l’égalité une autre.

La sexualité, un mal en voie d’éradication

Les deux tomes de la Démocratie en Amérique datent respectivement de 1835 et de 1840. Un siècle plus tard, dans les Deux sources de la morale et de la religion, son dernier grand livre, paru en 1932, le philosophe Henri Bergson relève: «Toute notre civilisation est aphrodisiaque. Ici encore la science a son mot à dire, et elle le dira un jour si nettement qu’il faudra l’écouter : il n’y aura plus de plaisir à tant aimer le plaisir. La femme hâtera la venue de ce moment dans la mesure où elle voudra réellement, sincèrement, devenir l’égale de l’homme, au lieu de rester l’instrument qu’elle est encore, attendant de vibrer sous l’archet du musicien. Que la transformation s’opère: notre vie sera plus sérieuse en même temps que plus simple. Ce que la femme exige de luxe pour plaire à l’homme et, par ricochet, pour se plaire à elle-même, deviendra en grande partie inutile. Il y aura moins de gaspillage, et aussi moins d’envie»(2).

C’est un autre angle d’approche. Bergson articule la question de l’égalité hommes-femmes à celle de la place qu’occupe le sexe dans notre société : place qu’il juge excessive. «Toute notre civilisation est aphrodisiaque», dit-il. L’égalité hommes-femmes pourrait peut-être contribuer à la rendre moins aphrodisiaque. C’est intéressant comme remarque. Elle n’est pas forcément fausse. Il est effectivement possible que sur le long terme l’égalité de genre ait pour conséquence de rendre les êtres humains (hommes et femmes) moins captifs du sexe. On le souhaiterait pour eux en tout cas (ce serait la position chrétienne: quand Bergson dit que la place qu’occupe le sexe dans notre société est excessive, il s’inscrit dans la ligne du christianisme des origines(3)). Sauf que, pour l’instant au moins, ce n’est pas exactement ce qu’on observe.

Il est vrai que l’accès à la femme devient aujourd’hui, pour l’homme, de plus en plus difficile (et dans certains pays, même, carrément risqué. Même en boîte, cela ne se fait pas d’adresser la parole à une femme. Tout au plus y a-t-il échange de regards. Et encore. Les procureur-e-s sont très attentifs à tout cela). Cela se reflète dans la proportion croissante de célibataires et d’une manière générale de personnes vivant seules au sein de la population. Corrélativement aussi dans la baisse de la courbe des naissances. Pour autant, peut-on dire que notre civilisation soit moins «aphrodisiaque» qu’elle ne l’était autrefois? L’explosion actuelle de la pornographie sur Internet introduit déjà un doute. Il y aurait lieu également de parler de l’homosexualité. A certains égards, l’homosexualité joue aujourd’hui un rôle de «deuxième navigation» (pour reprende une expression platonicienne). C’est une sexualité de recours (encouragée, d’ailleurs, par l’Etat). Beaucoup d’homosexuels actuels sont en fait des hétérosexuels «empêchés».

Bref, je demande à voir. Quand Bergson dit que le sexe nous complique la vie, on ne saurait que lui donner raison. Il nous la complique même passablement. Je ne suis pas sûr en revanche que l’égalité de genre contribue beaucoup, quant à elle, à la simplifier. C’est juste une opinion.


NOTES
– J’emprunte cette expression à Marcel Gauchet (cité in Tribune de Genève, 7-8 juillet 2018, p. 11).
– Henri Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, Genève, Éditions Albert Skira, 1945, p. 289.
– «La mutation anthropologique chrétienne est une totalité (…) : chasteté, féminisme, monogamie absolue, exogamie radicale, marchent de conserve.» (Emmanuel Todd, Où en sommes-nous ? Une esquisse de l’histoire humaine, Seuil, 2017, p. 130).