Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

La nef des fous
Carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

LA GRÈVE DES FEMMES


Pied de nez – sérigraphie – Jean-Pierre Humbert – 1984

 

Égalité de genre ou genre d’égalité?

26 mai 2019 | Enfumages, Eric Werner / Antipresse

Les comités néo féministes, en coordination avec les autorités, se mobilisent le 14 juin prochain pour paralyser les villes suisses. Les hommes, ce jour-là, devront raser les murs. On inaugure la guerre des sexes. Mais à quelle iniquité réelle répond cette campagne?

Dans la Démocratie en Amérique, Tocqueville dit que la passion égalitaire varie en raison inverse de l’importance des inégalités qu’elle vise à éradiquer.

Ce théorème prend place dans un chapitre consacré à la question ethnique aux États-Unis, mais il est aisément transposable en d’autres domaines. Il est bien connu, par exemple, que c’est quand les inégalités sociales diminuent que les gens y sont le plus sensibles. Les historiens nous disent par ailleurs que les périodes où les salaires progressent le plus sont en même temps celles où il y a le plus de grèves. D’une manière générale, quand les inégalités sont extrêmes, les protestations qu’elles suscitent sont faibles, voire inexistantes. Elles atteignent en revanche un niveau élevé quand elles sont sur le point de disparaître. On ne dit même pas ce qui se passe quand (juste retour des choses) elles commencent à s’inverser. Le niveau est alors maximum. Entre ces deux extrêmes, il y a tous les positions intermédiaires.

Combats d’arrière-garde

Comment n’en irait-il pas de même dans le rapports hommes-femmes ? Une «grève des femmes» est ainsi programmée pour le 14 juin prochain en Suisse. Les médias mainstream, qui mènent le bal, prévoient d’ores et déjà une mobilisation sans précédent. Tocqueville dirait: sans précédent ? C’est tout à fait normal, puisque, comme vous le constatez, les inégalités de genre n’ont plus aujourd’hui en Suisse qu’un caractère résiduel. Elles n’ont pas encore complètement disparu, je vous le concède. Il en subsiste encore certaines traces. Mais elles sont en voie (d’ailleurs rapide) de disparition. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le degré de mobilisation atteigne un très haut niveau. Les victimes de discriminations ne se croient jamais à ce point discriminées que quand elles ont pour ainsi dire cessé de l’être.

En ce sens, les gens qui en appellent aujourd’hui à la «grève» pour protester contre le «patriarcat», le «mâle dominateur», etc., sont en retard d’un train. Ils veulent monter dans le train, sauf que le train est déjà passé, et même depuis longtemps. Ils ne font donc que jouer au train, jouer à monter dans le train. Ils miment maladroitement une démarche qui aurait pu (et sans doute dû) être celle de leurs grands et arrière-grands parents, mais qui justement (et pour cause) n’a jamais été la leur. J’excepte ici une ou deux personnes de grand mérite. Il y a toujours des exceptions. Je pense en particulier à l’une de mes grands-tantes: elle, oui, a eu cette démarche. C’était une non-conformiste assumée, elle ne se préoccupait guère du qu’en dira-t-on. Le train passait, sans hésiter elle est montée dedans. Avec quelques autres, certes, mais ils n’étaient pas bien nombreux, soyons honnêtes.

Je ne sais ce que les médias de l’époque disaient des féministes, mais il n’y a pas de raison de penser que les médias d’il y a cinquante ou cent ans étaient moins opportunistes que ceux d’aujourd’hui.

On peut se voiler à soi-même à la réalité, lui substituer ses propres fantasmes, ou encore l’idéologiser. Mais si on ne fait rien de tout cela, on bute sur un certain nombre de faits. Il a vraiment bonne mine, le «patriarcat». Le patriarcat des petit boulots, peut-être? De la quête de plus en plus difficile du premier emploi ? De l’accès plus difficile encore à l’autonomie (vous rêvez d’y accéder, en fait vous n’y accéderez jamais)? De la précarité généralisée (elle n’épargne aujourd’hui personne : pas plus au haut qu’au bas de l’échelle sociale)? De l’assujettissement à l’État total?

Regardons par ailleurs ce qui se passe aujourd’hui dans les universités, et en amont déjà dans les écoles. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Pour diverses raisons (dont les moindres ne sont assurément pas les mesures de discrimination positive prises à leur intention), les filles sont aujourd’hui beaucoup plus nombreuses que les garçons à poursuivre leurs études au niveau post-obligatoire, puis universitaire. Sauf en certains secteurs très limités, la proportion d’étudiantes dans la population universitaire est très largement supérieure à celle des étudiants (58% en France, par exemple). Ce qui signifie que les élites de demain seront très largement aussi féminines.

Pourquoi non? C’est en soi peut-être une bonne chose. Mais elle désigne en creux une réalité qui l’est beaucoup moins: l’actuel «effondrement scolaire des jeunes garçons»(1). Effondrement est en effet le mot qui convient. C’est un phénomène de grande ampleur, mais comme tous les phénomènes comparables, s’inscrivant en-deçà du seuil de perception. Certains spécialistes en parlent, mais leurs propos se perdent dans le vide. On n’a pas non plus tellement l’impression que les innombrables «bureaux de l’égalité» qui prospèrent et fleurissent aujourd’hui à tous les échelons de l’administration s’en émeuvent particulièrement. Il est vrai qu’ils sont très majoritairement, sinon même, exclusivement, composés de femmes. La cause des femmes est une chose, l’égalité une autre.

La sexualité, un mal en voie d’éradication

Les deux tomes de la Démocratie en Amérique datent respectivement de 1835 et de 1840. Un siècle plus tard, dans les Deux sources de la morale et de la religion, son dernier grand livre, paru en 1932, le philosophe Henri Bergson relève: «Toute notre civilisation est aphrodisiaque. Ici encore la science a son mot à dire, et elle le dira un jour si nettement qu’il faudra l’écouter : il n’y aura plus de plaisir à tant aimer le plaisir. La femme hâtera la venue de ce moment dans la mesure où elle voudra réellement, sincèrement, devenir l’égale de l’homme, au lieu de rester l’instrument qu’elle est encore, attendant de vibrer sous l’archet du musicien. Que la transformation s’opère: notre vie sera plus sérieuse en même temps que plus simple. Ce que la femme exige de luxe pour plaire à l’homme et, par ricochet, pour se plaire à elle-même, deviendra en grande partie inutile. Il y aura moins de gaspillage, et aussi moins d’envie»(2).

C’est un autre angle d’approche. Bergson articule la question de l’égalité hommes-femmes à celle de la place qu’occupe le sexe dans notre société : place qu’il juge excessive. «Toute notre civilisation est aphrodisiaque», dit-il. L’égalité hommes-femmes pourrait peut-être contribuer à la rendre moins aphrodisiaque. C’est intéressant comme remarque. Elle n’est pas forcément fausse. Il est effectivement possible que sur le long terme l’égalité de genre ait pour conséquence de rendre les êtres humains (hommes et femmes) moins captifs du sexe. On le souhaiterait pour eux en tout cas (ce serait la position chrétienne: quand Bergson dit que la place qu’occupe le sexe dans notre société est excessive, il s’inscrit dans la ligne du christianisme des origines(3)). Sauf que, pour l’instant au moins, ce n’est pas exactement ce qu’on observe.

Il est vrai que l’accès à la femme devient aujourd’hui, pour l’homme, de plus en plus difficile (et dans certains pays, même, carrément risqué. Même en boîte, cela ne se fait pas d’adresser la parole à une femme. Tout au plus y a-t-il échange de regards. Et encore. Les procureur-e-s sont très attentifs à tout cela). Cela se reflète dans la proportion croissante de célibataires et d’une manière générale de personnes vivant seules au sein de la population. Corrélativement aussi dans la baisse de la courbe des naissances. Pour autant, peut-on dire que notre civilisation soit moins «aphrodisiaque» qu’elle ne l’était autrefois? L’explosion actuelle de la pornographie sur Internet introduit déjà un doute. Il y aurait lieu également de parler de l’homosexualité. A certains égards, l’homosexualité joue aujourd’hui un rôle de «deuxième navigation» (pour reprende une expression platonicienne). C’est une sexualité de recours (encouragée, d’ailleurs, par l’Etat). Beaucoup d’homosexuels actuels sont en fait des hétérosexuels «empêchés».

Bref, je demande à voir. Quand Bergson dit que le sexe nous complique la vie, on ne saurait que lui donner raison. Il nous la complique même passablement. Je ne suis pas sûr en revanche que l’égalité de genre contribue beaucoup, quant à elle, à la simplifier. C’est juste une opinion.


NOTES
– J’emprunte cette expression à Marcel Gauchet (cité in Tribune de Genève, 7-8 juillet 2018, p. 11).
– Henri Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, Genève, Éditions Albert Skira, 1945, p. 289.
– «La mutation anthropologique chrétienne est une totalité (…) : chasteté, féminisme, monogamie absolue, exogamie radicale, marchent de conserve.» (Emmanuel Todd, Où en sommes-nous ? Une esquisse de l’histoire humaine, Seuil, 2017, p. 130).

Pour recevoir les articles du carnet de bord de Jean-Pierre Humbert par email, vous pouvez vous abonner en cliquant sur ce lien.