Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Jean-Pierre Humbert
Peintre et graveur

Décrire une œuvre d’art n’est pas une tâche facile.

A la lecture de mes précédentes tentatives, j’éprouve une amertume intellectuelle, quelque chose qui peut faire penser au goût que vous laisse le marc de café de mon pays natal.

Entrer dans l’univers de bon nombre d’artistes implique de comprendre un langage sans structure, un tissage hasardeux de mots qui nous laisse perplexe.

Heureusement, la rencontre avec l’œuvre Entre terre et mystère de Jean-Pierre Humbert nous épargne une telle mésaventure. Les couleurs apaisantes et végétales du bas du tableau nous situent précisément dans l’espace : nous sommes sur terre. Des lignes aléatoires simulent l’horizon. Elles donnent au paysage sa vaste diversité imaginaire et le font adopter par chacun de nous comme étant sien. En dessus, le ciel noir ne nous choque pas. Il fait office de corridor et il nous guide vers un soleil bleu à halo vert : le mystère. Est-ce le mystère qui englobe la terre ? Est-ce simplement la terre qui, aux yeux de l’artiste, balance entre réalisme et sa version mis-terre ?

Ainsi soit-il ! L’ensemble de l’œuvre flatte nos rétines sans réserve tandis que nos neurones esthètes trouvent leur fétiche de satisfaction absolue.

J’aime cette dérive mystique de Jean-Pierre Humbert qui nous a plutôt habitués à des réalisations d’inspiration géométrique qui trahissent un tempérament perfectionniste. Cette œuvre décore mon lieu de repos et, quand je ferme les yeux, son esprit guide mes rêves.

Konstantinos Nassiopoulos

Texte paru dans le livre [Par défaut…], Jean-Pierre Humbert