Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Jean-Pierre Humbert
Peintre et graveur

Sur un fond bleu, sombre, menaçant, la lithographie Passé décomposé de Jean-Pierre Humbert nous montre une vieille ville de Fribourg qui se désagrège. Un élément est suspendu dans l’air, d’autres flottent, descendent, les plus petites pièces tombent brutalement dans le vide. Pour l’observateur les mouvements ne sont pas uniformes, ni dans le sens de la direction, ni dans le sens de la vitesse de déplacement. La gravitation semble inexistante, témoignant d’une illusion.

Pour ne pas les perdre, le spectateur est tenté de retenir ces blocs de molasse qui se détachent, de conserver ces traces du passé de cette partie de la ville qui se métamorphose. À nos yeux, dans notre imaginaire, elle semble bien différente de la réalité. Ce passé dépassé, cette mémoire décomposée, ces années réduites à des minutes, des secondes induisent le luxe de ne pas nous confronter au passé. Mais, remontant du fond, surgissent des fragments qui se recomposent au moment ou l’on s’y attend le moins.

Lors d’une exposition à l’hôtel Duc Berthold voici 36 ans, c’est à Jean-Pierre que j’ai acheté ma première œuvre d’art. Je vois encore l’image sur le mur, l’endroit précis où nous nous sommes rencontrés. Les autres tableaux de l’exposition, tout comme les visiteurs, disparaissent dans la pénombre, tous effacés par les années.

Ralf Ludwig

Texte paru dans le livre [Par défaut…], Jean-Pierre Humbert