Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Jean-Pierre Humbert
Peintre et graveur

Cette œuvre simple et forte appelle l’espace et le temps.

Aussi, le texte peut apparaître superflu… sinon de vous replacer dans l’Univers en un lieu abstrait et à un instant fugace et parfaitement insaisissable.

L’alpha et l’omega sont infinis, sans commencement ni fin, ils contiennent cette infime partie de l’espace et ce bref instant de vie pour la joie du cœur et le plaisir de l’esprit, sans orgueil !

Oui l’humanité est issue de l’Univers et s’évanouira en lui !

Mais ce court instant est toute notre justification, notre grandeur et notre honneur.

Ce trombone écartelé, vie accessoire de tous nos bureaux, volontairement écarté de sa fonction modeste : assembler deux feuilles plaquées l’une sur l’autre ! Mais placé dans l’espace la tête vers le ciel et les pieds dans notre terre, c’est le renversement de l’ordinaire pour l’Impossible ! Au lieu de pincer notre liberté entre deux pages, il lui donne tout son sens : les jambes dans le sol supports du végétal, la tête caresse les nues et la profondeur de l’espace qui contraste si fort avec l’horizon, si souvent avec notre horizon… partie sombre du tableau.

Epinglés à notre terre, scotchés sur son sol, peut-être unique vaisseau de nos esprits, non pas quelque part dans l’Univers, mais là où nous sommes, où est notre destin et notre grandeur ! dans ce ciel sans fin.

Pas de temps dans cette œuvre, mais le temps sidéral, plus infini que celui de Kepler et d’Einstein…

Est-ce utile de peindre une époque, une durée dans une œuvre ? Pourquoi pas le temps infini ? Pourquoi pas l’espace infini dans toutes les directions ?

L’humilité est pour notre vie, « cette vie, expiration vulnérable dans le souffle du Temps ». ( Pensée de l’Inde du Sud ).

Albert Sieber

Texte paru dans le livre [Par défaut…], Jean-Pierre Humbert