Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

La nef des fous
Carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

PIETRO-PAOLO TARASCO

 

Pendant cette 17e semaine de l’année 2021, du 26 avril au 2 mai, l’Église Orthodoxe revit la Semaine Sainte. Synchrone avec cette actualité, j’ai regardé le film La passion du Christ de Mel Gibson. Une partie de cette œuvre a été tournée à Matera en Italie, notamment les scènes de la crucifixion. C’est dans cette magnifique ville qu’habite le peintre et graveur Pietro-Paolo Tarasco. En 1991, ce formidable artiste avait participé au PRIX “contraste” DE L’ESTAMPE ORIGINALE. Depuis cette première collaboration, j’ai édité deux de ses créations, l’une en 1992, était intitulée Nostalgie, elle fut réalisée pour l’abonnement Artistes Européens de la galerie Contraste; et l’autre intitulée FRIBOURG, le manuscrit est parue pour l’édition 2004 de l’abonnement FRIBOURG vu d’ailleurs.

 


PARADIS PERDU, l’utopie sans illusion – Eau-forte – 1991 –  La contribution Pietro-Paolo Tarasco au PRIX “contraste” DE L’ESTAMPE ORIGINALE

 

Le Christ s’est arrêté à Eboli. Italien du sud Pietro Paolo Tarasco fait aujourd’hui le même constat d’impuissance – Matera s’écroule. Portes et fenêtres n’ont plus que des trous noirs. Les arbres de la nouvelle ville auront-ils un jour des feuilles ?

Étienne Chatton 1933- 2007


MATERA – Considérée comme l’une des plus vieilles cités habitées au monde, Matera est célèbre pour ses habitats troglodytiques (les Sassi di Matera, littéralement pierres de Matera), classés sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité établie par l’Unesco. La ville a été désignée pour être la capitale européenne de la culture pour l’Italie en 2019.
https://www.pme.ch/loisirs/2019/06/24/un-long-weekend-matera

 

FRIBOURG, le manuscrit – Eau-forte de Pietro-Paolo Tarasco
Édition 2004 de l’abonnement FRIBOURG, vu d’ailleurs – Contraste Éditeur

 

FRIBOURG, le manuscrit

 

La gravure FRIBOURG, le manuscrit de Pietro-Paolo Tarasco a été publiée en 2004 dans la collection Abonnement FRIBOURG, vu d’ailleurs éditée par l’atelier Contraste.

Son œuvre montre la ville de Fribourg vue depuis le quartier de la Neuveville. Elle semble n’être qu’un prolongement du Pont de St-Jean transformé en un imposant livre d’histoire naturelle. Un livre d’histoires qui auraient fait des petits, des petits qui se seraient tous improvisés pépiniéristes. Au milieu de ce pont littéraire et végétal, un grand arbre (fruitier peut-être) obstrue le passage des véhicules tentés de rejoindre les quartiers du Bourg et de l’Auge. De là, servis en tranches de ville juxtaposées et positionnées librement, nous pouvons admirer l’Hôtel de Ville et la Cathédrale St-Nicolas qui nous surplombent et nous envoûtent par leur charme médiéval.

Depuis quelques années, dans la lancée de la construction du pont de la Poya, les autorités communales “requalifient” ce quartier et projettent, semble-t-il, de supprimer les rares arbres qui restent. Selon des “experts”, au Moyen-Âge, il n’y en avait pas dans la ville. Nous sommes bien au XXIe siècle, celui des appréciations absconses pour justifier des projets stupides (à suivre dans d’autres publications). Je préfère quant à moi, la perspective d’avenir que l’ami Tarasco esquisse en toute simplicité dans son œuvre… à savoir planter des arbres dans la ville.

 

MATERA – Photographie de Pietro-Paolo

 

NOSTALGIE – eau-forte – Pietro Paolo Tarasco, Italie
1992 – 4
ème
édition de l’abonnement Artistes Européens – Contraste Éditeur

 

1992 – L’article du journal La Liberté

 


1992 – À la galerie Contraste avant le vernissage de l’exposition des gravures de Pietro-Paolo.
De gauche à droite, Mirko, Philippe (deux de nos fils), Pietro-Paolo et Marc (le cousin)

 


Une photographie publiée par Pietro-Paolo sur l’internet.
De gauche à droite,
Marco Marchi (critique littéraire), Mario Luzi (poète) et Pietro Paolo Tarasco

 

Pour recevoir les articles du carnet de bord de Jean-Pierre Humbert par email, vous pouvez vous abonner en cliquant sur ce lien.