Nef des fous

La Nef des Fous, le blog de Jean-Pierre Humbert

MON BLOG : … Ma nef pour voyager au long cours en position assise … Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

S'abonner au blog

Jean-Pierre Humbert
Peintre et graveur

article de la liberté

60 ans, et toujours en mouvement
Article de Monique Durussel paru dans La Liberté du 13 septembre 2007.

L’artiste peintre et graveur fribourgeois est présent sur trois fronts: il expose à la BCU, à la Bibliothèque de la ville, dans son atelier. Et il publie un livre.

"C’est l’année des bibliothèques", s’exclame Jean-Pierre Humbert. Le graveur fribourgeois est présent sur trois fronts à la fois: l’accrochage à la Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU) des 47 estampes qui figurent dans son livre [Par défaut…]; l’accrochage sur le thème de l’arbre à la Bibliothèque de la ville de Fribourg ainsi que l’exposition dans la cave voûtée qui jouxte dans son atelier Contraste à la ruelle des Cordeliers.

Dans ce dernier lieu, il montre ce que généralement l’on ne voit pas: les états successifs de ses gravures. L’évolution de plusieurs travaux révèle les étapes de la création d’une oeuvre. Une estampe peut être l’objet de reprises quelques années après sa création.

Un livre, une carrière

Pourquoi un accrochage aussi important? Parce que l’artiste fribourgeois a fêté hier ses soixante ans. "Je ne suis pas très porté sur les anniversaires, mais celui-ci est l’occasion de faire le point, un arrêt sur image", dit-il. Le livre donne, lui aussi, sa touche à l’état des lieux. Jean-Pierre Humbert l’a intitulé [Par défaut] parce qu’il se sait toujours en mouvement, de l’état initial d’une oeuvre à ses multiples variations.

Pour accompagner les 47 estampes du lire, il a demandé 47 textes à des personnalités très diverses qui, à leur manière, ont marqué sa carrière d’artiste ou sa vie d’homme. Le résultat: 47 visites guidées de l’oeuvre gravé, qui peuvent être très personnelles, s’il s’agit de ses fils ou soeurs, très poétiques et en lien intime avec l’estampe s’il s’agit d’artistes, d’écrivains ou de témoignages venus du coeur. Jean-Pierre Humbert s’avoue très touché par tous les textes qu’il a re…us et par le fait que "les 47 courageux cobayes n’ont pas hésité à dévoiler une parcelle d’eux-mêmes". Visibles à la BCU, ces 47 estampes illustrent la belle carrière du graveur, qui aime jouer de perspectives vertigineuses, d’histoires fantastiques et de géométries qui défient l’équilibre. Ses Fribourg s’envolent en spirale. D’autres villes s’ouvrent sur des gouffres. Tout comme les paysages et les portraits servis par l’exceptionnel talent de dessinateur de l’artiste.

Un homme curieux

L’oeuvre de Jean-Pierre Humbert se nourrit d’un attachement filial pour Fribourg. Mais il s’enrichit aussi de l’apport culturel de la Serbie, la patrie de Milka, l’épouse et complice dans la vie et l’atelier. Le parcours de l’artiste, qui expose actuellement à Belgrade, fait d’incessants va-et-vient entre ces deux régions d’Europe. Son activité de galeriste aussi. Il a fait découvrir aux Fribourgeois d’exceptionnels artistes serbes. Par le biais de ses abonnements d’estampes "Fribourg, vu d’ailleurs", des graveurs de toute l’Europe sont venus croquer le portrait de Fribourg pour le bonheur des collectionneurs.