Nef des fous

La Nef des Fous, le blog de Jean-Pierre Humbert

MON BLOG : … Ma nef pour voyager au long cours en position assise … Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

S'abonner au blog

La nef des fous
Le blog de Jean-Pierre Humbert

RUELLE DES MAÇONS

Photo Milka Humbert
Texte de Jean-Pierre Humbert

Milka, ma chère femme, a reçu un téléphone portable. Pour l’inaugurer, elle a photographié le paysage qui se présente à nous depuis notre terrasse (sic). À Fribourg, comme dans bon nombre de villes, il suffit de changer de quartier pour vivre à des époques différentes. À la ruelle des Maçons, nous sommes transportés au Moyen-Âge. À celles et ceux qui dénoncent l’obscurantisme médiéval, je recommande de scruter attentivement cette photo. Vous avez vu, à l’époque ils bénéficiaient déjà d’un éclairage électrique. Ce n’est pas rien.

Bien sûr, si j’aime le Moyen-Âge, ce n’est pas pour sa technologie 2 point quelque chose, ni pour la vitesse de ses connexions internet, ni pour son confort. Bien sûr en changeant de quartier, vous ne faites que changer de décor. L’auteur et le dialoguiste de la pièce de théâtre, du film, bref du spectacle dont vous êtes l’acteur doivent malheureusement être qualifiés de contemporains. Textes nombrilistes, incohérents, infantiles et vulgaires, flot ininterrompu de bons sentiments et de mensonges, incitation à la déchéance et à la culpabilisation, un scénario qui nous est souvent proposé par la société du spectacle dans sa course pathétique à l’argent et à la reconnaissance. Nous sommes bien égarés au XXI e siècle, très loin des artistes et des bâtisseurs géniaux et plus ou moins anonymes du Moyen-Âge.

Ce soir, assis sur notre terrasse, je scrute la ruelle des Maçons à la lueur du bel éclairage de la cathédrale St-Nicolas et je rends grâce aux merveilleux créateurs du Moyen-Âge qui ont su nous rapprocher de ce qui est au-dessus de nous. JPH

Sujets: