Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

La nef des fous
Carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

SÀRL…


L’amour abstrait de l’humanité
est presque toujours de l’égoïsme.

Attribué à Fiodor Dostoïevski – 1821-1881

 

SÀRL – L’AVENIR RADIEUX, le défilé – (une des cinq variantes du traitement de ce sujet)
Technique mixte – JPH – 2010-1976

 

SÀRL

En 1976, mai soixante-huitait encore allègrement et les gardiens de la révolution, gentils organisateurs (GO) du Grand Soir (GS), vous offraient des vacances gratuites à la plage. Plage que, huit ans plus tôt, ils avaient trouvée sous les pavés qu’ils balançaient dans la figure des policiers. Ils étaient des centaines, ils étaient des milliers à tout oser. Michel Audiard avait raison : c’est à ça qu’on les reconnaît…  et qu’on les reconnaîtra toujours.

Dans cette atmosphère post-révolutionnaire, sous influence, j’avais dessiné une suite de vingt-et-une lithographies que j’avais intitulée SÀRL. À peine terminées, à peine imprimées, à mon goût, maladroites, malagauches, mal dessinées et mal tirées, les épreuves de mes sombres représentations des rouages de nos sociétés furent détruites. L’affaire m’avait quand même occupé pendant huit mois. Comme d’habitude, un discret souffle d’espoir m’avait incité à conserver un exemplaire de chaque sujet. Ces épreuves ont aussitôt été peintes et réinterprétées. Elles furent exposées à deux reprises dans cet état provisoire.

Aujourd’hui, les maux dont souffre l’humanité sont les mêmes. Ils se sont simplement nettement aggravés avec l’âge. C’est normal !  Fort de ce constat, en 2010, j’ai ressorti du placard ce qui restait de ces œuvres et j’ai appliqué une dernière couche de couleur sur mes visions du passé, du présent et du futur. Il ne me restait donc plus qu’à protéger cette dernière version avec mon fameux vernis conservateur et à attendre le rejet final et l’épreuve du feu. Finalement, une fois de plus, en fumée tout devrait un jour disparaître…

Ce sont les évènements aussi spectaculaires qu’incroyables que nous vivons depuis deux ans qui m’ont reconduit quarante-quatre ans en arrière. Histoire de vérifier si, en caricaturant les évènements de mille neuf cent soixante-huit dans ma suite de lithographies SÀRL, je n’avais pas eu une intuition prospective. À mon avis, l’incontournable et lancinante crise dite sanitaire que nous vivons depuis deux mille vingt me donne raison. Une affaire qui a été rondement et mondialement menée par l’OMS et son actionnaire majoritaire Super Bill. Comme il se doit, les pays dit avancés ont fait la démonstration d’une détermination et d’une inefficacité redoutable. J’invite les personnes frappées par la pandémie du déni de réalité à déposer au vestiaire les ornières qui les empêchent d’interpréter les statistiques officielles. Histoire de rire jaune, j’attends impatiemment que de talentueux écrivains rédigent les romans qui leurs seront dictés par la montagne des décisions absurdes, mensongères et nuisibles qui nous sont imposées à grandes louches d’intimidations et de chantages.

En Suisse, c’est le débat larvé induit par la votation du 28 novembre 2021 sur l’adoption d’un pass sanitaire destiné notamment à ouvrir les portes des bistrots, des musées, des églises, des salles de spectacles, etc. aux seuls généreux citoyens raisinés, qui m’a incité à déterrer et à publier ici L’AVENIR RADIEUX, le défilé, une des œuvres de ma suite SÀRL qui donne à penser que, de manière récurrente, le passé est toujours présent. Donc, le sésame que le Conseil Fédéral et tous les parlementaires du conseil des États souhaitent nous vendre se présente sous forme d’un abonnement probablement semestriel à des piquouses. Pour ma part, vous l’aviez deviné, j’espère que  mes concitoyens voteront non. Quoi qu’il arrive, nous serons certainement nombreux à le faire. Je suis quand même abasourdi qu’il n’y ait pas eu un seul conseiller aux États à avoir fait le choix du non. Imaginez, c’est facile, les commentaires que nos journalistes, éducateurs subventionnés du pauvre peuple, auraient rabâchés à longueur de colonnes si cela s’était produit en Chine, en Russie, etc… bref dans les pays mal notés par la nomenclature mondialiste.

Que le oui ou que le non l’emporte, cela ne changera pas grand-chose à la politique volontariste à l’œuvre. Ceux qui, comme moi, ne plieront pas, seront simplement interdits de vie publique. C’est avec attendrissement que j’observerai les bienheureux altruistes détenteurs du code-barre lorsqu’ils l’utiliseront pour se faire servir un café au bistrot. L’idée de cet émouvant cérémonial de la liberté retrouvée m’amuse tristement. Au risque de fâcher les croyants des religions de la science et du progrès triomphants, je crois pouvoir affirmer,sans grand risque de me tromper, que nos autorités colonisées exploiteront encore longtemps le regain d’autorité acquis au prix des déshonorantes contorsions qu’elles se sont autorisées avec, malheureusement, un succès déprimant pour les esprits lucides et indépendants. À l’avenir, les défenses immunitaires mentales des opposants à cette politique devraient littéralement exploser. Que du bonheur en perspective… Bon, un peu de sérieux, même si cela ne changera pas radicalement le cours nos destins d’helvètes en errance, je vous propose de VOTER NON au pass covid.

À tous, merci…

 


C’est ainsi que monsieur Zbigniew Brzezinski rêvait à voix haute en 1970. Un doux songe pour lui, un cauchemar pour l’humanité.

 

 

SOMMAIRE

1 – Ci-dessous, un choix d’images puisées dans la jungle des dessins, photographies, citations en lien avec le chaos organisé que nous vivons. Mis en ligne sur les différents supports de l’internet, j’espère que les documents que j’ai sélectionnés ne vous laisseront pas indifférents, et ce quoique vous pensiez de l’affaire en cours.

2 – Le bulletin d’information réduit à un jeu par les Inconnus au sommet de leur art.

3 – Une invitation à visiter ma prochaine exposition Tentative d’évasion dans ma galerie à la ruelle des Cordeliers 6. À voir aussi dix sculptures de Zana, l’excellent artiste Sénoufo

 

 

Et la lumière sera distribuée parcimonieusement aux raisinés…
Je ne connais pas le nom de l’auteur de cette géniale image trouvée sur internet.

 

 

La recette est simple: Innover sans relâche, en répétant inlassablement les mêmes sornettes.

 

 

Bref, des braves gens qui sont morts et qui ne le savent pas encore.

 

 

Bien résumé…

 

 

   

Mettre le feu à la ville et rater de peu le dernier train…

Cette affiche avec son texte pitoyable n’est qu’une parmi les nombreuses entreprises de “séduction coercitive” promues par nos autorités dont l’activisme, tour à tour méprisable, stupide, burlesque et absurde révèle sans pudeur l’indécent dédain dont elles font preuve à l’égard de la population. Leur dernière initiative a choqué par sa bêtise crasse. Les conseils et la vaccination sont promus au bout d’une carotte appelée en français Back on Tour, le nom donné à la tournée de concerts gratuits financée par la confédération, avec des artistes suisses : Dabu, Danitsa, KUNZ, Stefanie Heinzmann et Stress, ainsi que les invités spéciaux Anna Rossinelli, Baschi, Mimiks, Seven et Sophie Hunger. Une plaisanterie qui a, semble-t-il, coûté vingt sept millions de francs, si je me fie à ce que j’ai lu. Selon les évaluations optimistes, l’opération aurait incité mille personnes à se faire piquer, soit vingt sept mille francs par vacciné et, sur la calculette des pessimistes, il n’y aurait eu que cent nouveaux titulaires au pass-partout sanitaire, soit deux cent septante mille francs le raisiné. Dans tous les cas (c’est le terme à la mode chez les experts)…  un placement de rêve! Si, par hasard l’investissement était quatre fois plus modeste, ça fait encore très cher la seringuée.

 

 

Le rôle de la presse consisterait-il à terroriser ses lecteurs ?

 

 

Déconseillé… Interdit… Efficace…

 

 

Voilà une bonne initiative…terriblement, irrémédiablement, ontologiquement humaine…

 

 

Fidèle, fidèles… Une autre merveilleuse initiative, terriblement, irrémédiablement, ontologiquement humaine…

 

 

La société des loisirs vue par les Inconnus – 5 minutes 43

 

 

PENDANT CE TEMPS, DANS MON ATELIER

ET À LA GALERIE CONTRASTE

 

MOUVEMENT PERPÉTUEL DANS LA GALERIE – Un instantané du 12 septembre 2019 à 9h45

 

INVITATION 

Depuis deux ans, environ tous les trois mois,
pour des fantômes en liberté,
je modifie le contenu de l’exposition permanente de la galerie.


J’ai le plaisir de vous inviter à découvrir la dernière mouture
de mes mises en scène en constante mutation.


TENTATIVE D’ÉVASION ….
Jean-Pierre Humbert
Dessins, Peintures, Estampes

La galerie et mon atelier sont ouverts

Dès le vendredi 26 novembre jusqu’au 11 décembre 2021
Du jeudi au samedi de 14 à 18 heures

Aussi sur rendez-vous

Autre temps, autres mœurs… vernissage permanent…

 

Contraste Galerie

CONTRASTE GALERIE / Atelier JPH
Ruelle des Cordeliers 6 – CH-1700 Fribourg
info@jphumbert.chwww.jphumbert.ch

 

TENTATIVE D’ÉVASION – Technique mixte – JPH – 2021-2015

 

Pour recevoir les articles du carnet de bord de Jean-Pierre Humbert par email, vous pouvez vous abonner en cliquant sur ce lien.