Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

La nef des fous
Carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

Bain de foule


Lorsque tout va bien, les fous sont dans les asiles,
en temps de crise ils nous gouvernent.
Attribué à Carl Gustav Jung


LA NEF DES FOUS – Préparation pour la gravure reproduite à la fin de cet article – JPH – 1999

 

Cahin-caha, les êtres humains n’ont jamais cessé d’affronter les eaux tourmentées des siècles, embarqués sur de fragiles esquifs, en lutte permanente pour survivre et prolonger le plus possible leur voyage intertemporel. Aujourd’hui, comme dans la fable La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf de Jean de La Fontaine, nos nefs ont gonflé, gonflé, gonflé… jusqu’à devenir de gigantesques paquebots en croissance perpétuelle qui sillonnent quotidiennement les océans de notre planète. Prises dans le tourbillon de leurs réussites technologiques, les têtes en folie des savants et des dirigeants d’inspiration transhumaniste ont elles aussi enflé au point qu’aujourd’hui bon nombre de terriens imaginent que nous sommes devenus les Maîtres de l’Univers…

Et vogue la galère!

Quelle que soit l’époque dont nous scrutons mœurs et coutumes, défauts et qualités, les hommes ne changent pas fondamentalement. C’est pratique, on sait à qui l’on a affaire. Les livres d’histoire nous racontent la nature humaine, ses heureux et ses fâcheux effets sur nos comportements, ainsi que ses constants ressacs. Ces derniers temps, avec la dictature sanitaire qui nous est imposée, nous avons pu observer une fois de plus que ce que l’on appelle le progrès peut avoir de désagréables conséquences sur les cerveaux des maîtres à la manœuvre de notre embarcation. À tel point que, depuis l’année 2020, la population de notre planète a sombré dans une triste folie, terrorisée par des médias aux ordres de la clique dirigeante. Dociles passagers, nous nous sommes retrouvés enfermés dans l’une des innombrables cabines de notre nef, qui arbore désormais fièrement le pavillon Terre d’asile psychiatrique...

Quand en 2016, j’avais emprunté l’appellation La nef des fous à Sébastien Brant pour donner un titre générique à mon carnet de bord, je n’avais pas imaginé une seconde que troubles mentaux et égarement de l’esprit allaient exploser pour modifier radicalement nos vies en seulement quelques mois, et de l’absurdité faire la loi incontestable, pour le plus grand bonheur de quelques amateurs de délire grand-guignolesque! Donc, tout va bien, puisque plus on est de fous, plus on rit… trop heureux que nous sommes d’avoir perdu la raison qui, comme le disait Léon Bloy, fait tant souffrir.


Mis en scène par un auteur qui m’est inconnu:
au premier plan, le Titanic, derrière lui, une nef d’aujourd’hui

 

UN PEU D’HISTOIRE…

Sébastien Brant (Strasbourg, 1458-) est un humaniste et poète satirique allemand, auteur notamment de La Nef des fous (Das Narrenschiff), illustrée par Albrecht Dürer et qui fut, avant les Souffrances du jeune Werther de Goethe, l’ouvrage populaire le plus souvent imprimé. Publié par Johann Bergmann d’Olpe, pendant le carnaval à Bâle, ce récit versifié recense divers types de folie, brossant le tableau de la condition humaine, sur un ton satirique et moralisateur. Il mélange l’ironie et le sermon, le rigorisme et l’humour et est à la fois inspiré par l’esprit de la Réforme et par la littérature populaire, de colportage, avec ses proverbes dialectaux.

 


Gravure d’Albrecht Dürer – Voir plus de reproductions

 

Portrait d’Erasme – Peinture de Hans Holbein le Jeune – 1523

 

Éloge de la folie

Également La Louange de la sottise ou encore La Louange de la folie, dont le titre grec est Μωρίας ἐγκώμιον (Môrías3 engkômion) et le titre latin Stultitiæ laus, est une déclamation écrite en latin en 1509 par Érasme de Rotterdam et imprimée pour la première fois en 1511 à Paris chez Jehan Petit et Gilles de Gourmont, puis réimprimé ne varietur en à Strasbourg chez Mathias Schurer.

Genre des récits

Il s’agit d’une thèse humoristique, rédigée en latin de manière volontairement savante, truffée à dessein de locutions grecques, découpée en 68 articles. Érasme y fait parler la déesse de la Folie et lui prête une critique acerbe des diverses professions et catégories sociales, notamment les théologiens, les maîtres, les moines et le haut clergé mais aussi les courtisans dont nous avons une satire mordante. Il existe une référence directe au genre au chapitre LX1.

1 Mais il n’est pas dans mon sujet d’examiner la vie des papes et des prêtres, j’aurais l’air de composer une satire au lieu de mon propre éloge, et l’on pourrait croire qu’en louant les mauvais princes j’ai l’intention de censurer les bons.

Cette citation illustre bien le ton de l’œuvre, où la Folie fait son propre éloge, mais un éloge transformé par Érasme en une véritable satire. Cette technique permet de surprendre le lecteur, d’affiner la dénonciation des travers de ses contemporains, et de rendre son propos plus efficace. Cet auteur a excellé dans le genre satirique. Ainsi, il est l’auteur des Colloques : une satire piquante des mœurs de son époque qui souligne son esprit indépendant. Mais dans L’Éloge de la Folie, la satire s’élargit et dépasse l’époque de son auteur pour atteindre la société humaine en général.

Informations et liens empruntés à Wikipédia

 

La Nef des fous – Peinture de Jérôme Bosch réalisée vers1500 (date conjecturale)

 

LA NEF DES FOUS – Verni-mou, aquatinte, pointe-sèche – JPH – 1999

 


LA NEF DES FOUS
Texte de Bogdan Krsic24 mai 1932 – † 21 octobre 2009


Jean-Pierre fait partie du cercle des artistes sensibles au message engagé et toujours d’actualité de cette grande œuvre de la Renaissance qu’est « La nef des fous » de Sébastian Brant, version populaire du savant traité « Eloge de la folie » d’Erasme de Rotterdam. De Hieronymus Bosch, Pieter Brueghel, Albrecht Dürer et Hans Holbein aux artistes contemporains ainsi qu’aux graveurs du fantastique, comme le grand artiste slovaque Albin Brunovski, ce thème reste toujours aussi attractif car la folie humaine ne change pas, quelles que soient l’époque, l’ambiance et les apparences.

Cependant, Jean-Pierre a gravé une vision différente de « La nef des fous ». Il n’en offre pas une représentation d’exégète. Il ne nous fait pas la revue des folies individuelles et des vices humains décrits dans les 96 poèmes de Brant qu’Albrecht Dürer fut le premier à illustrer avec 96 gravures sur bois. Jean-Pierre nous montre l’image de la folie de l’ensemble des humains. Sa gravure figure un océan agité au milieu duquel la nef fait plus penser à une île qu’à un bateau. Une île à deux troncs dont la couronne porte une toile de corps humains aux poses grotesques et entrelacés de la manière caractéristique dont il dessine une grande partie de ses sujets. Il semble nous dire que ce qui importe ce n’est pas tant que les gens soient corrompus, exaltés, passionnés et fous, mais bien que le monde est fou et qu’il est gouverné par cette épidémie.

Cette gravure de grand format est, comme toujours chez Jean-Pierre, magistralement réalisée, avec un métier sans faille, artistiquement persuasive et riche en nuances.

 


LE TOURBILLON – Gravure – JPH – 1996


Sept cent millions de chinois, et moi, et moi, et moi… (Jacques Dutronc 1966)

Malgré la politique rigoureuse de l’enfant unique, les chinois sont aujourd’hui un milliard quatre cent millions, ce qui fait de la Chine l’État le plus peuplé de la planète. Quant à la population mondiale, elle dépasse actuellement les huit milliards d’âmes et d’estomacs. Huit milliards de pékins, et moi, et moi, et moi…

En 2016, les statisticiens estimaient que la colonie humaine augmentait de 246’000 personnes par jour, soit la différence entre les 403’000 naissances et les 157’000 décès quotidiens, ce qui représente une hausse de 90 millions de terriens par an. En 2014, environ 54% de la population mondiale vivait en milieu urbain.

Quant à vous, amis et amies abonnés à ma lettre La nef des fous, vous représentez environ le 0,0000000… % de la population mondiale… émoi, émoi, émoi…

AUTOPORTRAIT – Technique mixte – JPH – 2006-1996

 

AUTOPORTRAIT

Partout…
Autour de moi… En moi,
Silencieux comme le néant,
Le lent magma de la foule humaine
Défile sans fin… Inlassablement.

Tous ensemble… Tous seuls…
Où allons-nous ?
Ailleurs… Loin… Très loin…
Perdus dans l’infini présent,
En quête de la maîtrise du temps.

Du temps retrouvé,
Du temps que nous étions vivants,
Du temps que j’étais Jean-Pierre Humbert.
Seul au milieu de rien…
Seul parmi vous…

 

2018 – Test d’admission à l’Académie des Arts en Chine

Décidément, la compétition sera chaude et les places au firmament artistique seront chères, sans compter que la plupart des artistes qui font carrière ne passent pas par les écoles. Reste à définir la notion de firmament artistique…


L’EXÉCUTION
– Huile sur toile de Yue Minjun – 1995

En 2007, la toile EXÉCUTION devient l’œuvre la plus chère de l’histoire de l’art contemporain chinois, elle a été vendue pour près de six millions de dollars. Cela confirme le fait que la valeur d’une œuvre est essentiellement déterminée par le poids financier de l’acheteur et que le firmament artistique se situe dans la salle des coffres.

Yue Minjun (岳敏君 en chinois) est né en 1962 dans la province de Heilongjiang en Chine. Peintre et sculpteur, il est un des artistes chinois contemporains dont les œuvres ont conquis la nomenklatura occidentale, ses milliardaires, ses journalistes, et ses commissaires politiques. Pour une fois, je comprends ce succès. Son savoir-faire de peintre et la tragique systématique de son ironie me fascinent, mais le nihilisme unilatéral et radical de ses peintures me dérange. Cet homme ne regarde et ne transcrit que ce que ses omnipotentes ornières mentales lui permettent de voir. Prenez la peine de cliquer sur mon lien images, vous verrez défiler des personnages à la peau peinte en rose qui tous se fendent la gueule sans retenue. Cette foule hilare est composée d’autoportraits de l’artiste, et de paraphrases parodiques des œuvres phares de la peinture européenne. Souvent en slip, tout ce beau monde se tord de rire, pouffe sans raison, se bidonne en plein drame, se poile en solitaire ou en groupe, s’esclaffe sans fin, se marre obsessionnellement, se gondole à mourir… un étalage systématique de mépris qui constitue un portrait hyperréaliste de la société globale aux manettes. Les plus optimistes y voient une vision critique du mondes dans lequel nous vivons.

« Mais qu’y a-t-il de si drôle » vous demandez-vous ? Rien, bien sûr. Le rire de Yue Minjun et de ses personnages ne vient pas ponctuer la chute d’une plaisanterie amusante. Il n’est que le cri méthodique et désespéré d’un type qui hurle à vos yeux… mais regardez-moi cette existence et ce monde de merde! Selon le « théoricien » Li Xianting, les peintures de Yue Minjun seraient une réaction auto-ironique au vide spirituel et à la folie de la Chine moderne. Un vide et une folie qui ne sont pas un privilège chinois, très loin s’en faut. De ce point de vue, les œuvres de Yue Minjun sont géniales, mais que voulez-vous, je n’arrive pas à me résoudre à accepter leur désespérant constat… j’espère… ne serait-ce que pour le panache.

Fait à l’aide d’informations pêchées sur l’internet sur lequel je vous invite à naviguer si vous souhaitez en savoir plus sur cet artiste d’exception – JPH

Même pays, autre ambiance…
Pour conclure cette brève incursion dans le paysage artistique chinois, je vous offre une reproduction d’une peinture de Hao Chun.

 

TROU DE MÉMOIRE – 2000-1975 – Technique mixte

 

L’homme n’a point de port,
Le temps n’a point de rives ;
Il coule et nous passons !

Méditations poétiques – Alphonse de Lamartine – 1820

 

DESTINÉES – Technique mixte – 2009 – 1975 – JPH

 

DESTINÉES

Visages figés par ma plume,
Imprimés en sérigraphie sur plusieurs verres,
Assemblés par couches… exposés,
Puis jetés à la décharge,

Découverts par hasard
Et récupérés par mon ami Marco,

Numérisés… Pour vivre avec leur temps.

 

LE DESTIN – Gravure (verni-mou, pointe-sèche, aquatinte) – JPH – 1996

 

 


 ACCEPTER DE VIVRE EN ENFER ? – Technique mixte – JPH – 2020-1975

 

Quand j’entends dire d’un médecin ou de quiconque qu’il est très « social » – ma chère – je pense : Dieu sait de quelle noix creuse il s’agit, traversée par les courants d’air d’une théorie.

Georges Haldas – PARADIS PERDU – L’ÉTAT DE POÉSIE – Carnets 1988

 

TOUT ACCEPTER ET LA FERMER
Par JPH


Mon ordinateur était mort. Je me préparais à l’enterrer sans regrets et sans cérémonies, à la mode de chez nous… à la décharge. Avant de passer à l’action, j’ai demandé conseil à l’ami Carlos, un as de la programmation et de la technique, qui a pris l’affaire en main et s’est aussitôt mis à farfouiller les entrailles de mon défunt robot jusqu’en ses recoins les plus intimes. Ça a été long, mais il a fait des miracles. Il n’a pas négligé un seul des composants de la machine. Je crois même qu’il est allé jusqu’à interroger son esprit. Bizarre… bizarre! Bref, il a conservé la vieille carcasse et tous les éléments encore sains, puis il a remplacé bon nombre de pièces vitales, et finalement, il a arrosée le tout avec quelques louches de mémoire. Parfait! Il ne restait qu’à réinstaller mes programmes favoris, ce qui a été fait, après avoir mis sur orbite la dernière version de windows. Depuis, plus le moindre accroc, tout fonctionne parfaitement. Et pourtant, je ne suis pas content…

Carlos n’y est pour rien. Depuis que je bénéficie des dernières modifications du système d’exploitation, à chaque clic sur internet, et il en faut beaucoup pour naviguer sur les réseaux, pour mon bien, une fenêtre s’ouvre qui me demande d’accepter les conditions d’utilisation et d’accès aux programmes ou aux sites que je souhaite visiter. Il paraît qu’il est possible d’activer une application qui confirme automatiquement notre accord, sans avoir à subir le harcèlement continuel de ces avertissements. Plus besoin de distraitement accepter et  fermer les mises en garde, ouf!… la porte s’ouvre instantanément sur les documents que je souhaite consulter. Pour avoir la paix, chaque jour un peu plus, nous confions aveuglément les décisions que nous avons à prendre à des machines. Ainsi nous vivons comme si ce chantage permanent n’existait pas, comme si c’était une sorte de vaccin contre les contrariétés de la vie moderne. Donc, pas de problème: Tout va très bien madame la marquise, cependant, il faut que je vous dise que je déplore un tout petit rien, un incident, une bêtise… pour utiliser mon ordinateur: J’ACCEPTE TOUT, ET JE LA FERME!

La notion de progrès est toute entière contenue dans les découvertes scientifiques, et la rationalisation forcenée de nos activités, avec l’optimisation radicale du rendement financier en point de mire. Le remplacement de l’homme par les robots et les machines semble être l’un des inéluctables objectifs de ce processus déjà très avancé. Nous le savons presque tous et pourtant nous n’y croyons pas  vraiment! C’est tout naturel. À chaque changement qui nous fait perdre un peu de notre souveraineté (je sais, aujourd’hui ça ne veut plus rien dire), de notre liberté (idem), nos dirigeants et leurs « communicants » nous expliquent de manière péremptoire qu’on ne peut pas faire autrement… ah bon ! Il n’y aurait donc qu’une seule réponse à nos si diverses questions et aspirations ?

Ces vingt dernières années, pour imposer son projet de « meilleur des mondes », la junte de l’hyper-société mondialisatrice qui nous conduit en enfer a mis le turbo. Depuis 2020, elle a même franchi le mur du son. J’ai personnellement croisé quelques membres particulièrement dynamiques de ces destructeurs assermentés de l' »ancien monde ». Gonflés à bloc, ils se déplaçaient à la vitesse de la lumière. C’est dire si les visionnaires sont confiants. Et pour cause, leur dernière mise en scène, le coup de poker coronarien, a parfaitement réussi. Les populations des pays industrialisés, parfaitement encadrées et formatées, découvrent et subissent les effets de la recette d’un produit innovant : la pandémie perpétuelle. Une maladie dont les citoyens européens ont pu apprécier les différents épisodes au fil de rebondissements spectaculaires. Il faut dire que la tâche des marionnettistes contemporains a été facilitée, notamment grâce à Edward Louis Bernays et son livre Propaganda. Théoricien et praticien à succès de la propagande politique et d’entreprise, il y décortique les secrets de l’art de manipuler l’opinion en démocratie, ainsi que ceux de la production du consentement. Ce mode d’emploi pour les gentils bergers du troupeau humain a fait fureur (vous voyez ce que je veux dire), et a grandement contribué a développer la veulerie humaine. Depuis ce modèle a remplacé tous les autres, et il régit nos vies de civilisés éclairés chaque jours un peu plus. Depuis que nous sommes sous l’emprise de l’informatique pour une part sans cesse croissante de nos activités, sous hypnose, la foule sentimentale de la chanson de Souchon marmonne machinalement : oui, j’accepte tout… oui, j’accepte une fois pour toutes. La pandémie perpétuelle, dont nous venons de savourer les prémices, serait-elle le carton d’invitation à vivre dans un zoo sécurisé, tout beau, tout neuf, que des Diafoirus en goguette, associés à des psychopates hallucinés (à vous d’inscrire les noms de vos préférés) nous adressent ? En tous cas, l’affaire est rondement menée. Tu verras ma chère Alice… tu verras mon cher Jean-Pierre, avec ton passeport sanitaire, tu seras logé dans une belle cage, à l’abri des prédateurs, nourri, blanchi, ta santé sera sous contrôle permanent, enfin en sécurité. Quand les conditions statistiques seront favorables, tu pourras même sortir un moment. Ta vie sans mauvaises surprises sera plus longue, beaucoup plus longue, interminablement longue… sur notre terre d’asile psychiatrique.

Assez dormi mes amis1, il est temps de nous révolter contre la perverse dictature qui cherche à s’imposer. Réveillons-nous avant que la réalité ne dépasse la caricature pour longtemps encore, et que le rire ne soit plus qu’une pathétique grimace destinée à se consoler.

Accepter, pourquoi pas ?… mais il faudra apporter des changements au contrat… j’ai bien peur que l’accouchement soit douloureux, et que le troupeau soit encore plus difficile à convaincre que ses maîtres !

En attendant, plus efficace que jamais, mon ordinateur continue à insidieusement m’imposer sa loi. Faudra-t-il que nous divorcions ?

1 Ça ne plaira pas à tous, mais, féministe pratiquant, j’ai renoncé à l’écriture inclusive dans toutes ses ridicules variantes.

 


Aux lecteurs en quête d’humour, je propose quatre minutes et dix-huit secondes en compagnie l’excellent Nathanaël Rochat


Tout va très bien madame la marquise de Ray Ventura

LE CHOC DES CULTURES –  Technique mixte – JPH – 2006-1982


Bel exemple de clonage thérapeutique :
Avec le noyau d’une cellule de ma peinture intitulée
Phantasme, j’ai éliminé tout ce que cette œuvre incluait de dégénérescence morale et picturale. L’image ainsi régénérée s’est d’abord prénommée Le choc des civilisations. Mais, y a-t-il encore civilisation lorsqu’il y a choc? Finalement, j’ai opté pour Le choc des cultures. Tous les historiens vous le diront, la culture vaut bien un petit choc. Mais qu’importent ces tergiversations langagières quand tous les moyens et tous les prétextes sont bons pour guerroyer sans retenue.

Voir plus s’il y a mésentente !

 

PHANTASME –  Peinture – JPH – 1982


NE RATEZ PAS LA PRÉSENTATION DE NENAD ANDRIC !


Dans le cadre de l’exposition
HILANDAR le LAMENTO

Peintures et gravures de BRANISLAV MAKES

Monsieur Nenad Andric vous dévoilera
quelques secrets du monastère serbe Hilandar au Mont Athos
Dimanche 27 septembre 2020 dès 15 heures,
pendant une vingtaine de minutes

Ouvert du vendredi 11 septembre au dimanche 11 octobre 2020
vendredi et samedi de 14 à 18 heures,
et dimanche de 14 à 17 heures

Plus d’informations:
https://jphumbert.ch/hilandar-le-lamento/3577/

CONTRASTE GALERIE / Atelier JPH
Ruelle des Cordeliers 6 – CH-1700 Fribourg
078 875 96 66 – www.jphumbert.ch

 Ci-dessous, le texte que ma lithographie SOCIÉTÉ ANONYME avait inspiré à Irenka Krone. C’est un des 47 écrits publiés dans mon livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert édité en 2007 par ESTAMPE.ORG. Pour plus d’informations ou pour commander le livre, cliquez sur ce lien

Infatigable promotrice du « Jobsharing », Irenka est aussi l’auteure d’un roman intitulé SANS RACINE. Ma lithographie SOCIÉTÉ ANONYME avait fait la couverture de ce livre.


SOCIÉTÉ ANONYME – Lithographie – JPH – 1999

 

SOCIÉTÉ ANONYME
Texte de Irenka Krone


Amalgame de pensées parmi cette masse de corps entassés.
Qui dirige ces êtres qui se croisent, ces pieds qui se heurtent et ces regards figés ?
Villes, métropoles ou hangars bondés.
Soupirs, stupeurs, rires et pleurs.
Entends-tu le silence des parois d’où la foule cherche à s’évader ?
Le souffle de celui qui n’arrive plus à respirer ?

Néant. Noir, vert et blanc. Vide dans un monde aseptisé où toute forme est homogène. Sans différenciation où la ressemblance fait place à l’ignorance.
Discipline, ordre et volonté.
Où vas-tu individu prisonnier d’un esprit tourmenté ?
Avenues, espaces et ruelles combles.
Pourquoi ne quittes-tu pas ce lieu stérile et organisé ?
Obsession, dictature et pensée unique dans un monde où rien ne permet de s’en libérer.
Entends-tu les pas de celui qui marche à côté de toi ?
Sens-tu la présence de celui qui se trouve derrière toi ?
Mensonge, dérision et jeux politiques.
Pouvoir, abus et réflexions cyniques.
La foule te domine sans que tu le remarques. Anodine, sourde, sophistiquée.

Nier. Ignorer ou oublier. La pression augmente dès que tu la frôles.
Dépendance, compassion et envie.
La foule t’étouffe sans que tu puisses l’arrêter.
Elle t’écrase comme tu blesses la fourmi sous tes pieds.
Ils, elle, lui, toi et moi. Qui sommes-nous ?
Qu’as-tu fait pour t’en protéger ? Où étais-tu lorsqu’elle te dictait sa pensée ?

Yeux fermés sur une masse humaine.
Brouhaha sans fin où la voix se perd dans une vague de sons.
Chambres et mansardes pleines.
Corps emmitouflés et membres frêles.
La foule avance d’un pas régulier, nonchalant ou pressé.
Arrives-tu à freiner son rythme ? À résister à cette force qui te semble inébranlable ?

Maintenant ou jamais. Si tu veux y échapper, arrête-toi quelques instants.
Reprends ton souffle ! Observe cet être là au milieu de la foule.
Ses traits fins, son corps fragile et son vêtement pendu à son épaule.
Pureté, liberté, intégrité.
Insouciance et légèreté.
Son corps est là, présent et distant comme si sa pensée s’en était détachée.

Espoir, force, indépendance.
Ses yeux observent et son sourire se dévoile.
Existe-t-il vraiment ou n’est-il qu’un désir inaccessible ?
Sa silhouette se démarque des autres, son corps est vêtu de blanc.
Distance, résistance et délivrance.
Est-ce toi cet être libéré ?

 

CONTRASTE GALERIE / Atelier JPH – Ruelle des Cordeliers 6 – CH-1700 Fribourg

INVITATION AU VERNISSAGE

HILANDAR le LAMENTOEXPOSITION BRANISLAV MAKES – Peintures et gravures
Vous êtes cordialement invités à participer au vernissage de l’exposition
le vendredi 11 septembre 2020 à partir de 17h00
Pour les personnes qui souhaitent éviter l’heure de pointe du vernissage
La galerie sera ouverte dès 14 heures

ЛАМЕНТ НАД ХИЛАНДАРОМизложба Бранислава Макеша – слике и графике
Позивамо Вас на свечано отварање изложбе
у петак 11 Септембра 2020 од 17 и 30 часова

Ouvert du vendredi 11 septembre au dimanche 11 octobre 2020
vendredi et samedi de 14 à 18 heures, dimanche de 14 à 17 heures
Plus d’informations: https://jphumbert.ch/hilandar-le-lamento/3577/

 

 

Ci-dessous, une reproduction de ma gravure LA TRACE et le texte qu’elle a inspiré à mon fils Mirko. La gravure et le texte ont été publiés en 2007 dans le livre [Par défaut…] Jean-Pierre Humbert édité par ESTAMPE.ORG. Cet ouvrage contient notamment les reproductions de 47 de mes estampes, accompagnées chacune par un texte d’un auteur à chaque fois différent.

Mirko Humbert est graphiste et créateur de sites internet indépendant (le contacter). Il anime aussi plusieurs blogs en anglais ou en français. Les plus populaires sont Designer Daily et Typography Daily  ainsi que le site Estampes Japonaises. Il écrit également sur différents sujets pour d’autres sites, principalement sur des thématiques liées aux nouvelles technologies (son dernier article sur Domaine Public).


LA TRACE – Lithographie – JPH – 2000

 

LA TRACE

Par Mirko Humbert

Le son précède souvent la trace, il nous prépare à son arrivée. Dans bien des cas, un «bam», un «ploc» ou un «prout» est suffisant et permet parfois même d’identifier la nature de l’empreinte.

Dans cette estampe, on attend désespérément ce bruit annonciateur de trace, ce « scritch scratch» qui écorchera notre regard. Rien à faire, l’œuvre reste muette. La foule emprisonnée retient ses cris. Les silhouettes sont aveugles, sourdes, muettes, dénuées de sens. Le doute s’installe, entendra-t-on jamais ce grondement salvateur ?

Désorienté, on continue de tendre l’oreille au lieu de simplement observer ce personnage qui se dirige vers la sortie. Sans se soucier des autres, il évolue à son rythme et se laisse emporter par la brume ambiante. Disparu dans la marge, il n’est plus qu’un souvenir, une ride qui cadence la lithographie. Par son passage, il a créé une œuvre, cette œuvre qui l’a créé.

 

PASSION VIRALE – Technique mixte – JPH – 2020-1997

 

Pour l’artiste scrupuleux, l’œuvre réalisée, quelle qu’en puisse être la valeur, n’est jamais que la scorie de son rêve. José Maria de Heredia 1842-1905

J’ai souvent de la peine à terminer mes tableaux. Ceux qui ne sont pas simplement détruits peuvent passer des décennies sur mes étagères. Lorsque, après bien des doutes et d’incessants changements, je me décide enfin à les signer, ils collent miraculeusement à la réalité du jour. L’instant est gratifiant et confirme le bien-fondé de ma retenue instinctive de départ et valide la patience d’attendre l’heure H.

C’est ce qui s’est passé pour l’œuvre qui accompagne ces quelques lignes. Je l’ai commencée en 1997 et terminée au mois de mai 2020. Intitulée Passion virale, elle représente, à mes yeux, un instantané peint de l’actuelle triste mutation des relations humaines provoquée par le délirant feuilleton covidien. Bien que les barreurs politiques aux ordres de la finance tentent d’escamoter le tsunami économique qui a déjà commencé à déferler, on devine que le prochain épisode sera palpitant et douloureux. Sus à la monotonie et que dure le terrorisme d’état ! À suivre ailleurs que sur les radios, les télévisions et les journaux que l’on vous contraint à financer, sauf si vous aimez les contes de fées.

Je ne me ferai pas l’exégète de mon tableau. Les œuvres picturales n’ont pas besoin de mode d’emploi. On y trouve parfois la pensée qui s’en dégage. Le spectateur qui ne se contente pas d’aimer un peu, beaucoup, ou pas du tout, a une chance de la découvrir et de l’interpréter à son tour. L’artiste n’a pas forcément conscience des mystères ou des pièges que révèle l’image qu’il a produite. À vous de jouer !

CARIE… CATURE – Gravure (détail) – JPH – 1989


Quand tombent les dents lactéales (dents de lait), alors poussent les dents permanentes qui finissent aussi, l’âge aidant, par tomber. Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’informer les membres de la société suisse des médecins-dentistes que je suis le bénéficiaire d’un processus physiologique révolutionnaire. À plus de 70 ans, après que mes dents permanentes m’ont lâché, de nouvelles dents sont apparues dans ma mâchoire usée. Pour la première fois, des dents de vieillesse ont poussé sur un être humain. Je suis content et fier d’inaugurer ainsi une nouvelle ère prometteuse pour les vieux. Je suis disposé à ouvrir grand ma bouche, afin que les scientifiques les plus expérimentés analysent ce phénomène inédit. Une bonne nouvelle pour les retraités… Un coup dur pour les arracheurs de dents.

 

Les amis du musée – Technique mixte – JPH – 2010-1988 – Parmi les œuvres exposées dans ce musée de rêve, sur la cimaise de gauche vous trouvez une représentation de mon crane, et sur la paroi du fond à droite, ma denture avant la percée de mes dents de vieillesse. 

 

Mise en scène: les amis du musée – Technique mixte – JPH – 2010-1988


Dans ma bouche: ma dentition, cathédrale gothique en ruine, abandonnée aux soins d’une femme qui se dit hygiéniste.
Reliques historiques, mes chagnottes sont livrées sans garantie de succès à cette restauratrice en maladies archéologiques.

Que de risques pris avec ma sublime denture qui, demain, sera classée au patrimoine naturel mondial de l’UNESCO.

 LA MÈRE – JPH – 2008-1987 – Technique mixte

 

Chers amis abonnés à La Nef des Fous

Pour vous souhaiter une très belle Fête de Noël, je vous offre cinq représentations de la nativité. Vous connaissez probablement déjà certaines de ces œuvres. À part la belle peinture Le nouveau-né de Georges de la Tour et La crèche napolitaine de Notre Dame à Fribourg, les images reproduites ont été réalisées par des artistes fribourgeois. Que la sérénité soit avec les passagers de notre nef. Amitiés et Joyeux Noël, JPH

 

LE NOUVEAU-NÉ – Peinture de Georges de la Tour (1593–1652)
Lien sur l’article de wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_de_La_Tour

 

NATIVITÉ – Armand Niquille (1912-1996) – Huile et tempéra sur panneau – Le site : https://www.armand-niquille.ch/

 

La crèche napolitaine de Notre Dame à Fribourg – Photo de Luca Barbieri pour le blog du Bourg – Intéressant : RTS émission du 04 décembre 2003 (27 secondes)

«Cette crèche est arrivée ici grâce à un concours de circonstances favorables», explique Ivan Andrey, responsable cantonal des biens culturels meubles. Son acquisition est due à Mgr John Rast (1895-1981), recteur de Notre-Dame dès 1929. Et secrétaire particulier de Mgr Filippo Bernardini, nonce apostolique à Berne, qui a trouvé cette crèche napolitaine en 1940, chez un antiquaire de Rome. «C’est exceptionnel qu’une église comme Notre-Dame achète une telle crèche, affirme Ivan Andrey. Surprenante à Fribourg, elle tranche avec la tradition sulpicienne.» Son hypothèse: l’achat peut s’expliquer par le fait que «Notre-Dame était basilique depuis 1932. Son modèle était Santa Maria Maggiore, à Rome, où se trouve une relique de la Crèche.»

Un premier décor a été mis en place pour Noël 1941. Le vol de plusieurs animaux, l’année suivante, contraint à la protéger par une vitre. Mais la crèche était toujours montée et démontée chaque année. En 1965, elle est installée de manière permanente, dans une vitrine, et complétée d’un ciel et d’un sol. Aujourd’hui, les nouveaux panneaux de bois de l’arrière de la vitrine sont placés à 5 cm des murs, désormais isolés. Un circuit de fils de cuivre tempère cet espace. La température intérieure est stabilisée entre 16 et 17 degrés, avec 50% d’humidité. Sur la droite, une deuxième ouverture permet un autre point de vue sur l’entrée du village. L’ensemble de la restauration a coûté 240000 francs. Elle a aussi permis de dater les figurines, réalisées aux XVIIIe et XIXe siècles. La ruine romaine, seul élément conservé de l’ancien décor, date de 1935. Unique en Suisse («Il existe des modules, mais pas de crèches entières», précise le restaurateur Christophe Zindel), cette œuvre est protégée par un store, qui s’ouvre contre une pièce de monnaie. Extrait de l’article d’Eric Bulliard pour le journal La Gruyères – 23 décembre 2003

 

LES ROIS MAGES – Pointe-sèche de Teddy Aeby (1928-1992)
Voir sur mon blog, l’article que j’ai consacré à Teddy Aeby

 

Avec les stands des artisans, des animations, des concerts et dès 17 heures, le traditionnel cortège; les festivités de la St-Nicolas de Fribourg, organisées par les élèves du Collège St-Michel, auront lieu le samedi 7 décembre 2019. Vous trouverez le programme officiel en cliquant sur ce lien :  https://www.st-nicolas.ch/fr.

Depuis 20 ans, la Galerie Contraste participe à la fête. Elle sera ouverte le 7 décembre de 11 à 18 heures.

Quand, dans la cohue, vous aurez fait dix fois le tour du marché de la Saint-Nicolas, nous vous suggérons de vous encorder et de grimper en face du Musée Tinguely, jusqu’au numéro 6 de la ruelle des Cordeliers.

EXPOSITION – Jean-Pierre HUMBERT – Réchauffement esthétique… suite


SAINT-NICOLAS, le retour – Peinture – JPH – 2013

 

UN PEU D’HISTOIRE…

Chaque année, le Collège St-Michel met en vente sa carte de la St-Nicolas. Les bénéfices de cette entreprise contribuent au financement de la fête. La carte est  l’œuvre de l’élève vainqueur du concours de dessin organisé par l’institution. Feu Louis Dietrich, qui fut professeur et proviseur au Collège St-Michel, avait collectionné et documenté toutes les cartes éditées depuis la première parue en 1906. Ses enfants et petits-enfants on pris le relais. En 2013, pour le lancement du site internet https://www.cartes-saint-nicolas.ch/, avec leur soutien, la Galerie Contraste avait organisé une belle exposition d’une partie de ces cartes. Depuis, chaque année dans un endroit différent, la famille Dietrich organise, avec talent et succès, une exposition originale de la collection. À voir du 14 novembre 2019 au 4 janvier 2020 à la Bibliothèque de la Ville de Fribourg – Renseignements :  https://www.ville-fribourg.ch/bibliothequeVisite commentée par Jacques Dietrich le 4 décembre 2019 à 12:30.

Copié sur le site de la collection Dietrich, j’ai reproduit, ci-dessous, le texte de présentation historique de la fête et de la publication des cartes de la St-Nicolas.

Galerie Contraste – décembre 2013 – Exposition de la collection Dietrich de cartes de la St-Nicolas

 

DU GRAND SAINT NICOLAS, CÉLÉBRONS LA MÉMOIRE …

… Sur l’éclat de sa vie ayons toujours les yeux
Par plus d’une victoire, vivant dans ces bas-lieux
Il mérita la gloire
Des Cieux !
C’est ainsi que commence la  traditionnelle Complainte qui rythme depuis toujours la solennelle démarche du cortège de la Saint-Nicolas à Fribourg. D’ailleurs, dans l’approche grise de ce premier samedi de décembre, les écoles ont déjà résonné aux accents de la vigoureuse chanson de l’Abbé Joseph Bovet (1879-1951):
C’est l’hiver tout est glacé
Novembre est bientôt passé
Entonnons un tra-le-ra-la-la,
Elle arrive  la Saint-Nicolas !
Simultanément apparaissent dans les rues, ou sur notre palier, de jeunes collégiens qui nous proposent d’acheter la carte de la Saint-Nicolas. C’est à cet humble témoignage artistique qu’est consacrée cette collection. Mais commençons d’abord par un bref

RAPPEL HISTORIQUE

La célébration particulière et publique de la Saint-Nicolas s’explique naturellement par le fait que le thaumaturge évêque de Myre, qui assista au Concile de Nicée en 325, fut le patron de la Ville de Fribourg dès sa fondation par le Duc Berthold IV de Zaehringen, en 1157. Il existait déjà sur cet emplacement une bourgade et une chapelle dédiée à Notre-Dame. Plus proche du château que construisait le Duc, est attestée une église dédiée à Saint Nicolas dont quelques bribes des fondations retrouvées remontent à 1178. La ville se développa rapidement, Berthold IV ayant accordé aux bourgeois des franchises intéressantes.

Il fallut donc donner à ses habitants une église plus grande et plus belle, tout en conservant le même Saint Patron. Elle fut consacrée en 1182 par l’Évêque Roger de Lausanne. Nouvelle étape dans l’histoire de Fribourg en 1277 où la ville passa sous la domination de l’Empereur Rodolphe de Habsbourg. A son instigation, la première pierre d’une église plus vaste fut posée en 1283, signe d’une augmentation du nombre des habitants. La construction durera un peu plus de deux cents ans : c’est, compte tenu des rénovations périodiques, l’actuelle cathédrale de Saint Nicolas, d’où part toute l’histoire de sa fête patronale.

Dès le Haut Moyen Âge, la liturgie avait accentué l’aspect théâtral des rites religieux chrétiens. La population dans son ensemble étant illettrée, il fallait trouver d’autres moyens que le texte pour instruire les fidèles et graver dans les esprits des attitudes conduisant à la prière. C’est ainsi que les vitraux racontent l’Évangile tout en laissant entrer la lumière sous  les sombres voûtes de pierre. Ainsi, des scènes tirées des Saintes Écritures sont-elles jouées sur le parvis des cathédrales, et c’est la naissance du théâtre dans l’Occident chrétien. Ainsi encore, des cortèges de saints personnages étaient organisés pour préparer, ou suivre, la célébration liturgique. Ils coïncidèrent rapidement avec des manifestations très laïques accompagnées de réjouissances populaires.

C’est le cas à Fribourg du cortège des jeunes filles à la Sainte-Catherine (25 novembre) ou de la Marche à l’Étoile qui déroulait ses fastes militaires et ses astuces mécaniques sur la Place Notre-Dame à l’occasion de l’Épiphanie. C’est le cas aussi du Cortège de la Saint-Nicolas, qui naquit de la grande Foire médiévale du début de l’hiver, appelée fort opportunément “Foire aux étrennes”. Habituelle à l’époque dans tout chef-lieu commerçant, elle ressemblait fort à ces ” Marchés de Noël ” que l’on fait revivre un peu partout de nos jours. Des lanternes et des flambeaux éclairaient de petites baraques à l’auvent rabattu. Les marchands y étalaient des biscômes et des jouets qu’achetaient les parents. Ces derniers maintenaient les tout petits dans l’idée que le Saint viendrait en personne leur apporter des cadeaux.

Avant de se coucher, les enfants préparaient un peu de foin et de sel pour l’âne. Quant au cortège, il fut d’abord une procession à la sortie de la grand-messe. Le même après-midi, défilaient les enfants des écoles dont quelques-uns étaient costumés de manière à représenter Saint-Nicolas, son porte-crosse et un diacre d’honneur. Venaient ensuite les coralis ou membres de la petite maîtrise de Saint-Nicolas, chantant des hymnes et des cantiques. Il y avait aussi des musiciens jouant de la trompette. La procession faisait trois fois le tour de l’église puis parcourait les rues de la cité. De temps en temps, le pseudo-évêque donnait sa bénédiction et disant « Pax et benedictio super hanc urbem et super omnes habitantes in ea ». (Paix et bénédiction sur cette ville et sur tous ses habitants). La cohabitation d’une Foire et d’un saint cortège ne fut pas facile, les excès de l’une faisant du tort à l’autre. C’est ainsi qu’un édit du Petit Conseil de Fribourg, du 3 décembre 1764, frappa d’interdit toute céleste présence parmi les excès des ivrognes et les débordements moraux entraînés par les mouvements d’une foule commerçante en goguette. Le cortège fut supprimé ! Mais le « Marché aux étrennes » subsista et les croyances enfantines avec lui.

RENAISSANCE DE LA TRADITION

Assez rapidement, la Foire reprit ses droits sans référence religieuse et dans le plus grand désordre : elle devint une sorte de fête de la jeunesse. Ce soir-là, tous les élèves externes du Collège se trouvaient dans les rues, de même d’ailleurs que les gentes demoiselles si étroitement tenues à l’écart tout le reste de l’année. D’où les cris : « Achetez des verges pour fouetter les filles » et les actions bénignes ou plus violentes qui s’ensuivaient. Mais cette animation plaisait assez à un vaste public.

Plus sagement, au Collège Saint-Michel, fondé par Pierre Canisius dans la mouvance de la contre-Réforme en 1582, la fête reprit ses droits parmi les élèves de l’Internat : la soirée était agrémentée de prestations théâtrales et musicales, et surtout, les élèves jouissaient ce soir-là d’un droit à la satire vis-à-vis de leurs professeurs . Ils montaient une sorte de Revue au cours de laquelle Saint Nicolas en personne remettait des cadeaux dérisoires (un  rasoir, par exemple, à un professeur jugé trop ennuyeux !) Il est difficile de fixer l’année où commença cette coutume. Nous possédons le programme de la Saint-Nicolas 1895, fort bien dessiné, mais la tradition était à ce moment-là déjà ancienne et bien rodée. Cette précision  n’est pas étrangère  à notre sujet, car nous allons rencontrer, dans la collection, des années où paraissent deux cartes, l’une « officielle » et l’autre destinée à la Fête de l’Internat. D’autre part, il est vraisemblable que la reprise du cortège en ville ne soit pas étrangère à l’esprit qui régnait dans les classes du Collège, où les élèves internes devaient sans doute raconter leurs exploits.

C’est donc ainsi qu’à l’approche de l’hiver 1906, un groupe d’étudiants du Collège Saint-Michel ressentit l’envie de faire revivre l’antique tradition. Ils se préparèrent dans le plus grand secret, pensant organiser une farce, et redoutant que la Direction du Collège ne la trouve pas à son goût. Contrairement à leur crainte, un immense  succès couronna leur initiative. Comme ils étaient élèves de la sixième classe du Gymnase, appelée “Classe de rhétorique”, cette classe-là fut traditionnellement, puis officiellement, chargée d’organiser la manifestation. Le premier cortège eut donc lieu le samedi 8 décembre 1906.Actuellement, la coutume, avec quelques ajouts au cours des ans, se déroule de la manière suivante :
Le premier samedi de décembre, à la tombée de la nuit, soit vers 17 h.15, un cortège quitte les hauteurs du Collège. Il est ouvert par un groupe de musiciens de la Fanfare du Collège. Suit un ensemble de fifres et tambours dont les airs alternent avec le chant de la Complainte, interprété par de jeunes adolescents.  Saint Nicolas monté sur son âne est entouré de deux porteurs, dont les hottes sont emplies de biscômes : il y puise généreusement pour lancer cette variante locale des pains d’épices sur la foule en joie. Figurent aussi en costumes l’ânier et le boucher sorti tout droit de la légende des trois enfants ressuscités. N’oublions pas les Pères Fouettards chargés de résister à la pression de la foule. Tout le cortège est entouré de torches, portées par des collégiens et, depuis peu, par des collégiennes.

Après un long parcours dans les rues de la cité, on arrive à la Cathédrale. C’est là que la Fête atteint son sommet : Saint Nicolas adresse à la foule un discours chargé d’actualité du haut de la terrasse devant la grande rosace gothique. Un jeu de lumières le met en valeur.  Spectacle magnifique pour une foule qui se serre au coude à coude sur la place et dans les rues avoisinantes. (Notons que Saint Nicolas est, à Fribourg, la seule personne à utiliser cette terrasse.)
Depuis bientôt trente ans, l’Évêque du Diocèse rencontre son homologue d’un jour sous le porche de la cathédrale. Il le salue d’une cordiale poignée de main, voire d’une accolade, avant d’inviter tous les enfants à une messe célébrée pour eux à l’intérieur du sanctuaire.

Louis Dietrich

 

DÉCEMBRE À FRIBOURG – Gravure – JPH – 1997 

 



Les passagers – Peinture acrylique – J-P Humbert – 1997

 

Trois minutes cinquante cinq de bonheur avec le poème Les Passantes d’Antoine Pol, mis en musique et interprété par Georges Brassens en 1972 dans l’album Fernande.

La veille de sa mort, Antoine Pol écrivit : Au fond qu’est-ce qu’une humaine existence ? Un fugace éclair de conscience… , ce qui par la versification et la sonorité en fait un vers extrêmement proche de ce poème.

 

LES PASSANTES – Poème de Antoine Pol

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu’on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu’on connaît à peine
Qu’un destin différent entraîne
Et qu’on ne retrouve jamais

A celle qu’on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s’évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu’on en demeure épanoui

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu’on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu’on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d’un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D’un avenir désespérant

Chères images aperçues
Espérances d’un jour déçues
Vous serez dans l’oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu’on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l’on a manqué sa vie
on songe avec un peu d’envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu’on n’osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu’on n’a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lèvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l’on n’a pas su retenir

 



La trace – Lithographie – J-P – Humbert- 2002

 

INVITATION
Fondation du Musée de Morat
Le Conseil de fondation et la direction
du musée ont le plaisir de vous inviter au
vernissage de l’exposition

JEAN-PIERRE HUMBERT
Réchauffement esthétique
le samedi 16 mars 2019 à 18 heures

EINLADUNG
Stiftung Museum Murten
Der Stiftungsrat und die Museumsleitung laden
Sie herzlich ein zur Eröffnung der Ausstellung

JEAN-PIERRE HUMBERT
Ästhetische Erwärmung
am Samstag, 16. März 2019 um 18 Uhr

 


La couverture de la revue d’art accrochage


L’article de Madame Monique Durussel