Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

Nef des fous

La Nef des Fous, le carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

La nef des fous ... Le carnet de bord de mes aventures et de mes rencontres picturales … Avec moi, larguez les amarres et voyagez au long cours en position assise … Naviguons gaiement, ensemble vers l’inéluctable naufrage...

Pour recevoir les articles par email, vous pouvez vous abonner ci-dessous:

La nef des fous
Carnet de bord de Jean-Pierre Humbert

LA NEF DES FOUS / un peu d’histoire


Lorsque tout va bien, les fous sont dans les asiles,
en temps de crise ils nous gouvernent.
Attribué à Carl Gustav Jung

 


LA NEF DES FOUS – Préparation pour la gravure reproduite à la fin de cet article – JPH – 1999

 

Cahin-caha, les êtres humains n’ont jamais cessé d’affronter les eaux tourmentées des siècles, embarqués sur de fragiles esquifs, en lutte permanente pour survivre et prolonger le plus possible leur voyage intertemporel. Aujourd’hui, comme dans la fable La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf de Jean de La Fontaine, nos nefs ont gonflé, gonflé, gonflé… jusqu’à devenir de gigantesques paquebots en croissance perpétuelle qui sillonnent quotidiennement les océans de notre planète. Prises dans le tourbillon de leurs réussites technologiques, les têtes en folie des savants et des dirigeants d’inspiration transhumaniste ont elles aussi enflé au point qu’aujourd’hui bon nombre de terriens imaginent que nous sommes devenus les Maîtres de l’Univers…

Et vogue la galère!

Quelle que soit l’époque dont nous scrutons mœurs et coutumes, défauts et qualités, les hommes ne changent pas fondamentalement. C’est pratique, on sait à qui l’on a affaire. Les livres d’histoire nous racontent la nature humaine, ses heureux et ses fâcheux effets sur nos comportements, ainsi que ses constants ressacs. Ces derniers temps, avec la dictature sanitaire qui nous est imposée, nous avons pu observer une fois de plus que ce que l’on appelle le progrès peut avoir de désagréables conséquences sur les cerveaux des maîtres à la manœuvre de notre embarcation. À tel point que, depuis l’année 2020, la population de notre planète a sombré dans une triste folie, terrorisée par des médias aux ordres de la clique dirigeante. Dociles passagers, nous nous sommes retrouvés enfermés dans l’une des innombrables cabines de notre nef, qui arbore désormais fièrement le pavillon Terre d’asile psychiatrique...

Quand en 2016, j’avais emprunté l’appellation La nef des fous à Sébastien Brant pour donner un titre générique à mon carnet de bord, je n’avais pas imaginé une seconde que troubles mentaux et égarement de l’esprit allaient exploser pour modifier radicalement nos vies en seulement quelques mois, et de l’absurdité faire la loi incontestable, pour le plus grand bonheur de quelques amateurs de délire grand-guignolesque! Donc, tout va bien, puisque plus on est de fous, plus on rit… trop heureux que nous sommes d’avoir perdu la raison qui, comme le disait Léon Bloy, fait tant souffrir.


Mis en scène par un auteur qui m’est inconnu:
au premier plan, le Titanic, derrière lui, une nef d’aujourd’hui

 

 

UN PEU D’HISTOIRE…

Sébastien Brant (Strasbourg, 1458-) est un humaniste et poète satirique allemand, auteur notamment de La Nef des fous (Das Narrenschiff), illustrée par Albrecht Dürer et qui fut, avant les Souffrances du jeune Werther de Goethe, l’ouvrage populaire le plus souvent imprimé. Publié par Johann Bergmann d’Olpe, pendant le carnaval à Bâle, ce récit versifié recense divers types de folie, brossant le tableau de la condition humaine, sur un ton satirique et moralisateur. Il mélange l’ironie et le sermon, le rigorisme et l’humour et est à la fois inspiré par l’esprit de la Réforme et par la littérature populaire, de colportage, avec ses proverbes dialectaux.

 


Gravure d’Albrecht Dürer – Voir plus de reproductions

 

Portrait d’Erasme – Peinture de Hans Holbein le Jeune – 1523

 

Éloge de la folie

Également La Louange de la sottise ou encore La Louange de la folie, dont le titre grec est Μωρίας ἐγκώμιον (Môrías3 engkômion) et le titre latin Stultitiæ laus, est une déclamation écrite en latin en 1509 par Érasme de Rotterdam et imprimée pour la première fois en 1511 à Paris chez Jehan Petit et Gilles de Gourmont, puis réimprimé ne varietur en à Strasbourg chez Mathias Schurer.

Genre des récits

Il s’agit d’une thèse humoristique, rédigée en latin de manière volontairement savante, truffée à dessein de locutions grecques, découpée en 68 articles. Érasme y fait parler la déesse de la Folie et lui prête une critique acerbe des diverses professions et catégories sociales, notamment les théologiens, les maîtres, les moines et le haut clergé mais aussi les courtisans dont nous avons une satire mordante. Il existe une référence directe au genre au chapitre LX1.

1 Mais il n’est pas dans mon sujet d’examiner la vie des papes et des prêtres, j’aurais l’air de composer une satire au lieu de mon propre éloge, et l’on pourrait croire qu’en louant les mauvais princes j’ai l’intention de censurer les bons.

Cette citation illustre bien le ton de l’œuvre, où la Folie fait son propre éloge, mais un éloge transformé par Érasme en une véritable satire. Cette technique permet de surprendre le lecteur, d’affiner la dénonciation des travers de ses contemporains, et de rendre son propos plus efficace. Cet auteur a excellé dans le genre satirique. Ainsi, il est l’auteur des Colloques : une satire piquante des mœurs de son époque qui souligne son esprit indépendant. Mais dans L’Éloge de la Folie, la satire s’élargit et dépasse l’époque de son auteur pour atteindre la société humaine en général.

Informations et liens empruntés à Wikipédia

 

La Nef des fous – Peinture de Jérôme Bosch réalisée vers1500 (date conjecturale)

 

LA NEF DES FOUS – Verni-mou, aquatinte, pointe-sèche – JPH – 1999

 


LA NEF DES FOUS
Texte de Bogdan Krsic24 mai 1932 – † 21 octobre 2009


Jean-Pierre fait partie du cercle des artistes sensibles au message engagé et toujours d’actualité de cette grande œuvre de la Renaissance qu’est “La nef des fous” de Sébastian Brant, version populaire du savant traité “Eloge de la folie” d’Erasme de Rotterdam. De Hieronymus Bosch, Pieter Brueghel, Albrecht Dürer et Hans Holbein aux artistes contemporains ainsi qu’aux graveurs du fantastique, comme le grand artiste slovaque Albin Brunovski, ce thème reste toujours aussi attractif car la folie humaine ne change pas, quelles que soient l’époque, l’ambiance et les apparences.

Cependant, Jean-Pierre a gravé une vision différente de “La nef des fous”. Il n’en offre pas une représentation d’exégète. Il ne nous fait pas la revue des folies individuelles et des vices humains décrits dans les 96 poèmes de Brant qu’Albrecht Dürer fut le premier à illustrer avec 96 gravures sur bois. Jean-Pierre nous montre l’image de la folie de l’ensemble des humains. Sa gravure figure un océan agité au milieu duquel la nef fait plus penser à une île qu’à un bateau. Une île à deux troncs dont la couronne porte une toile de corps humains aux poses grotesques et entrelacés de la manière caractéristique dont il dessine une grande partie de ses sujets. Il semble nous dire que ce qui importe ce n’est pas tant que les gens soient corrompus, exaltés, passionnés et fous, mais bien que le monde est fou et qu’il est gouverné par cette épidémie.

Cette gravure de grand format est, comme toujours chez Jean-Pierre, magistralement réalisée, avec un métier sans faille, artistiquement persuasive et riche en nuances.

 

Contraste Galerie / Atelier JPH
Ruelle des Cordeliers 6 – CH-1700 Fribourg
078 875 96 66 – info@jphumbert.chwww.jphumbert.ch

 

Pour recevoir les articles du carnet de bord de Jean-Pierre Humbert par email, vous pouvez vous abonner en cliquant sur ce lien.